Fil info
18:31RT : de grâce donnez nous le numéro SIRET de La Souterraine Industrie » cette société n’est pas inscrite au registre de commerce !

La troupe russe qui fait mouche

Culture

Une jolie façon de faire entendre la couleur de la langue russe auprès des enfants et donner l’envie d’apprendre à la parler.
Une interprète était présente pour traduire les propos de la metteuse en scène, Elena Kurianova, surnommée  «le soleil de notre troupe de théâtre» par l’une des comédiennes amateurs, Zgenia Stépanova. Elle a poursuivi son investissement au sein de la troupe de la jeunesse francophone  malgré la fin de ses études, il y a deux ans et le début de sa carrière d’interprète d’anglais.
Le théâtre Miracle réunit autour de «son soleil», 6 comédiennes dont une professionnelle, Maria Véliunova.  
Depuis le mois de mai, elles répètent un spectacle au format très «Rue», emprunt de fraîcheur et d’humour avec un jeu  burlesque où le corps est très présent. Les séquences jouées alternent avec des instants chorégraphiés très joyeux que les enfants sont invités à rythmer de leur battement de mains.
Sur scène, quelques mots et ritournelles chantés en langue slave ouvrent le spectacle puis les répliques s’échangent en un français où les «r» s’enroulent sur les palais et les voyelles descendent dans les gorges pour dire un conte traditionnel que tous les Russes connaissent depuis leur tendre enfance : la Mouche Tsokotouche. Les costumes, tout en suggestions,  révèlent des insectes tantôt coquets, tantôt cocasses : une mouche midinette et danseuse, un moustique à l’allure très cosaque, une puce très poupée russe, un papillon impérial, une grand-mère abeille dardée d’une canne féroce et une méchante araignée bedonnante façon Baba Yaga ont illustré des saynètes enjouées et astucieuses où la jolie mouche, sauvée de la toile de la vilaine araignée et devenue matrone jalouse, épousera au final son cosaque de moustique !
Pour clore, les filles ont entonné la chanson populaire et entraînante Kalinka qui parle de petite baie et de fringant sapin vert...
Un jumelage culturel dynamique
Au cours de leur séjour, la troupe accompagnée par les membres de  l’association  Amitié Droujba 19 ont été reçus en mairie.
La première adjointe Dominique Grador a expliqué que ce spectacle  était le fruit «d’une longue histoire et d’ateliers péri-scolaires d’initiation au russe proposés aux enfants, en espérant que ces jeunes pousses aient envie d’apprendre cette langue au cours de leur scolarité».
Ces ateliers sont assurés par Amitié Droujba. Sa présidente Marcelle Sage-Pranchère a regretté que des cours de russe ne soient pas proposés au niveau du collège alors qu’ils sont enseignés au Lycée Edmond-Perrier. Le jumelage entre Tulle et Smolensk fait partie d’une histoire commune entamée en 1981 à «enrichir et renouveler» a indiqué Yannik Seguin l’adjoint à la culture en charge des jumelages.
La culture mais aussi la médecine font partie des axes de coopération et d’échanges entre les deux cités. Elena Kourianova a remercié
l’assistance pour l’accueil chaleureux réservé à la troupe «une expérience inoubliable». Elle a remis en main propre une lettre du maire de Smolensk à Dominique Grador.
La troupe «Miracle» a donné plusieurs représentations très appréciées dont une tout particulièrement au centre de loisirs du Chambon.
«C’est très agréable, très amusant parce que les enfants donnent beaucoup d’énergie. C’est plus facile de jouer dans ces conditions» se réjouissait Zgenia Stépanova. 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.