Fil info
17:11Saint-Hilaire-Luc : Ouverture du festival 1000 Sources -> https://t.co/zAIzfm0sk2
12:13Lacelle : L'agriculture familiale en fête | L'Echo https://t.co/09WKKrOVwA via

Apprendre à comprendre les autres pour mieux se re-connaître

Solidarité

A Tulle, les 30 novembre, 1er et 2 décembre prochains, le Festival des Solidarités aura pour thème les cultures indigènes avec un zoom sur la Colombie. Cinéma, musique et cuisine colombienne seront au menu solidaire.
Cette  année, le Festival des Solidarités vient en place de la Semaine de la Solidarité Internationale (SSI) qui fête ses 20 ans d’existence.
«ça permet de faire le lien avec l’ensemble des solidarités et de faire le lien entre les solidarités d’ailleurs et les solidarités d’ici» explique  Jeanne Wachtel au nom d’un groupe* informel d’associations  et d’institutions en charge de décliner au plan local le festival depuis dix ans.
Cette année, le rendez-vous des solidarités  ouvrira une fenêtre sur des cultures indigènes du monde et en particulier sur celles de la Colombie dans le cadre de l’année France-Colombie 2017. A ce titre, le film «L’étreinte du serpent» du réalisateur colombien Ciro Guerra sera projeté au cinéma VEO le jeudi 30 novembre à 18h30 (6e).
«Un film d’aventures dans une Amazonie hantée par la violence historique et le vertige spirituel qui prend le point de vue de l’autochtone» souligne Jeanne Wachtel à propos de ce film en noir et blanc primé à Cannes en 2015 (à voir). Dans le hall du cinéma, des associations présenteront leurs actions en Bolivie, Palestine, Equateur,  Pérou.
A la fin du film, Fabienne Garderin, occitaniste, s’interrogera sur la culture occitane, une langue indigène?
Cette projection a été rendue possible grâce à la venue d’Alenjandro Munevar, anthropologue colombien, coordonnateur de l’année France-Colombie en France. Ce chercheur en sciences sociales a passé un an à Tulle. Il sera du débat d’après film et le samedi 2 décembre salle de l’UP, il animera un atelier «Tulle en parcours» en direction de migrants-accueillants. Il s’agira  de mettre en application une «cartographie sociale», une méthodologie d’origine latino-américaine qui a pour objectif de représenter l’espace à partir des expériences individuelles. Ce travail donnera lieu à une exposition publique l’an prochain sur le thème des migrants.
Vendredi 1er décembre salle Latreille haut, à 18h30 (participation libre), un concert  sera donné par le groupe  MFQ, un quartet de jazz qui réunit deux musiciens colombiens et français. Formé en 2012, le quartet prépare actuellement son premier album.
En plus des joies de la musique, les spectateurs pourront déguster des spécialités colombiennes (empanadas et autres), buffet payant préparé par Aurélien et Maria du restaurant Cali. Un  festival au goût des autres.

*Ville de Tulle, librairie Chantepages, cinéma VEO, les associations Mashikuna, Corrèze environnement,  CCFD Terres Solidaires etc
 

Serge Hulpusch

 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.