Fil info
21:47 Un fait'div ! Vous ne vous sentez plus à Limoges...
20:36Périgueux : Juste "une pension digne du travail effectué" -> https://t.co/WJfjd1lZNU
20:29Le Blanc : Concert exceptionnel du chœur Mikrokosmos à Saint-Génitour -> https://t.co/NGRUEp7bS2
20:26La Châtre : La gauche se positionne et élabore dix propositions -> https://t.co/QVKtmmPuHT
20:22Châteauroux : Le nouveau quartier sur le site des 100 000 Chemises prend forme -> https://t.co/3YLUgPgWbG
20:19France : La question des enjeux alimentaires fait son cinéma -> https://t.co/FNy0X1qgvB
19:24Boulazac : Face à face poids-lourd-voiture : un mort et un blessé grave près de Périgueux -> https://t.co/JbGEj2ICby
19:19Périgueux : Pour l’égalité des parents devant la loi -> https://t.co/HrDXS6XflH
17:35🛑 en cours près de , route de Buxerolles à . Une voiture serait sur le toit, les pompiers… https://t.co/w8pRkLy9wh
17:00RT : Jusqu'à ce soir, venez profiter de l'ambiance conviviale et gourmande de la 47e édition de la Frairie des petits ve… https://t.co/AvYoXrK1ER
16:44RT : Sarlat-la-Canéda : Des inquiétudes partagées par les professionnels de santé -> https://t.co/KJMIm8TvxW
16:44RT : Jusqu'à ce soir, venez profiter de l'ambiance conviviale et gourmande de la 47e édition de la Frairie des petits ve… https://t.co/AvYoXrK1ER
16:43RT : Viam : Des câbles de fibre optique vandalisés -> https://t.co/USG2IZ4mxU
16:42Jusqu'à ce soir, venez profiter de l'ambiance conviviale et gourmande de la 47e édition de la Frairie des petits ve… https://t.co/AvYoXrK1ER
16:40Sarlat-la-Canéda : Des inquiétudes partagées par les professionnels de santé -> https://t.co/KJMIm8TvxW
16:38Perturbations en Limousin aujourd'hui dans la circulation des trains, après le droit de retrait observé par les che… https://t.co/zH6DyVFLAa
16:35Périgueux : Le Zéro risque, une culture -> https://t.co/WWnBdnpQYh
16:34Viam : Des câbles de fibre optique vandalisés -> https://t.co/USG2IZ4mxU
16:29RT : Maurice Papon qui, faut il le rappeler, aura dans sa vie mis successivement les juifs dans les trains et les arabes… https://t.co/figlLMjJD1
14:03Si le maire de persiste avec pour SON projet ce dernier risque d’ê… https://t.co/sutXSicJhC
10:33RT : Saint-Geniez-ô-Merle : Une zone blanche, des tours, un pylône et des explications -> https://t.co/3Z8jUmvacO
10:12Périgueux : Les Trios de Beethoven pour ouvrir la saison Sinfonia -> https://t.co/Le9FUNFHN9
09:49Bel avenir pour le projet Montaigne 😰 https://t.co/U7y9KWCdPu
09:20# # - -Vienne : Olivier Gouéry présente ses «Paysages intérieurs» à la Galerie Obia -> https://t.co/8IM67ZoIXs
09:17# # - -Vienne : Une incroyable collection d’émaux de Limoges aux enchères à Nîmes -> https://t.co/ti1z7sLQYA
09:14# # - -sur-Vienne : Bruno Genest brigue un nouveau mandat -> https://t.co/sTJa2T01Au
09:12France : A Léon-Blum, «on cherche plus à transmettre des valeurs que des connaissances» -> https://t.co/dZlpbUZfLG
09:10Région : Le festival Les Zébrures a posé les bases d’un nouveau projet -> https://t.co/WIaJasnWHL
09:07Région : Journée Mondiale du Refus de la Misère, une braderie gratuite pour 200 familles en situation de précarité… https://t.co/jhJuAG4rgw
09:04Région : "Au bord du r^ve", de nouvelles peintures pour la façade du Secours Populaire de Limoges -> https://t.co/h7Y6IHhA3t

De la terre «glaise» dont sont modelés les Hommes

Littérature

L’écrivain limougeaud Franck Bouysse était l’invité de la librairie Préférences jeudi soir à Tulle. L’auteur a présenté en compagnie de Bernard Daguerre son nouveau roman «Glaise» (Éditions La Manufacture de livres).
L’auteur entre autres romans des très appréciés et primés  «Grossir le ciel», (Éditions La Manufacture de livres), Prix Polar Michel-Lebrun 2015, Prix Polars Pourpres 2015, Prix SNCF du polar 2017..., de «Plateau»,  Prix Chapel (Belgique) 2016, Prix des lecteurs de la ville de Brive 2016 et du tout récent «Glaise», (toujours à La Manufacture de livres), était présent jeudi à la librairie Préférences.
L’écrivain a choisi avec «Glaise» d’ancrer son récit à l’époque la Première Guerre mondiale. Il cite en exergue de son roman, William Faulkner. Le décor est planté !
Nous sommes à Chantegril, au pied du Puy-Violent, pas loin de Salers dans le Cantal. Le jeune Joseph, quinze ans, va devoir assumer le rôle du chef de famille, puisque son père est parti à la guerre. Il va rester seul à la ferme avec sa mère Mathilde et sa grand-mère Marie. Dans la ferme d’à côté, le vieux Léonard, l’ami, le soutien, qui veille sur ses voisins parce qu'il les aime bien, mais aussi pour échapper à sa femme Lucie, malade,  aigrie. Et là-bas, un peu plus loin, la famille des Valette. Lui, l’homme, la brute. Elle, Irène, la femme, la victime, la mère d'Eugène parti lui aussi à la guerre. Et bientôt, la jeune Anna, nièce des Valette, venue se réfugier à la campagne avec sa mère...

Pourquoi avoir choisi contrairement aux autres romans de situer votre intrigue pendant la Première Guerre mondiale?
Ce n’est pas une volonté. Cela fait une trentaine d’années que j’ai sous le nez la photographie de mon arrière grand-père en tenue de soldat. J’imagine que ça a travaillé mon imaginaire. J’ai beaucoup lu sur cette guerre et je ne voulais pas en parler frontalement. Tout a été dit. Je ne savais pas trop par quel bout prendre cette période. Ce n’est pas non plus un récit sur mon arrière grand-père. Je voulais parler de cette période là et j’ai  pris le parti de parler de la guerre sans y aller en parlant de ceux qui restaient à l’arrière.
Il y a à l’affiche le film «Les Gardiennes» de Xavier Beauvois qui parle de la prise du pouvoir des femmes dans les fermes à cette période. Dans votre roman Monsieur Valette joue un rôle déterminant ?
Il y a plein de rebondissements, un ogre, trois générations de femmes. C’est un récit aussi initiatique avec deux adolescents qui découvrent l’amour. Il y a une multitude d’histoires avec des chapitres très courts qui se répondent sur une période assez ramassée. Tout se déroule de l’été 1914 à l’été 1915. La saison qui domine le livre c’est l’été. C’est le départ et c’est aussi l'aboutissement du récit tel que je le concevais. La guerre n’est pas finie mais mon récit se termine à ce moment. Valette est un enragé. Il voulait partir à la guerre contrairement aux autres. On lui a volé sa guerre. C’est  vraiment l’ogre des contes de fées sauf que quand on est enfant, on nous fait toujours l’économie de son histoire. On ne sait pas d’où il vient etc. J’ai pris le parti de ne pas le juger. Je ne juge aucun personnage quand j’écris. J’espère qu’à des moments il est touchant même si c’est une ordure absolue, mais c’est un être humain. Vous avez dans le livre l’humain sous toutes ses facettes, les meilleures, les pires. C’est lui qui provoque les situations et quand il ne le fait pas, il peut être désarmé face à certaines d’entre elles.
Vous avez un style très descriptif, une écriture chargée de symbole. Qu’en est il pour ce  roman ?
J’aime beaucoup le lyrisme de la prose et répondre avec une sécheresse du dialogue. J’ai un certain goût pour la poésie, la musique des mots. Là j’ai gardé ça avec une forme différente de chapitres très courts. J’ai travaillé différemment comme un monteur de cinéma, une fois que le récit était
terminé. J’ai tout redécoupé, malaxé jusqu’à ce que ça devienne clair. L’idée était de ne pas me perdre et de ne pas perdre le lecteur. J’ai inséré dans la trame du texte de très courts dialogues, cinq en italique, sans descriptif. On ne sait pas qui parle. A la fin on saura.
Où en êtes vous de vos projets littéraires ?
Quand j’ai débuté Grossir le ciel, j’avais l’ambition de traiter ces univers à travers une saison par livre. L’hiver pour Grossir le ciel, l’automne pour Plateau et l’été pour Glaise. Je suis sur la quatrième version du printemps que je retravaille. Il sortira en 2019.

Serge Hulpusch

Nike Air Penny 1