Fil info
14:51RT : A 217 km/h (limitation à 130) sur l'A 20, à Bessines, sous l'emprise de cannabis, déjà sous le coup d'une suspensio… https://t.co/kOizSH1taj
14:42A 217 km/h (limitation à 130) sur l'A 20, à Bessines, sous l'emprise de cannabis, déjà sous le coup d'une suspensio… https://t.co/kOizSH1taj
11:50Bergerac : Les urgentistes et retraités seront demain dans la rue -> https://t.co/diXeqUobCA
11:43Périgueux : Un combat contre l’oppression et les expulsions -> https://t.co/Nl1MyGJ7OP
11:40Périgueux : Cette France qu’ils voulaient libre et fidèle à ses valeurs -> https://t.co/MGfIuADUep
11:38Périgueux : Aider les patients en précarité -> https://t.co/2ZT8xX3ltW
10:53Tulle : Les facteurs ont déposé un préavis de grève pour lundi prochain -> https://t.co/rUSEJMnHEy
09:06Corrèze : La 4e opération nationale de courtage de l’association UFC-Que Choisir «Énergie moins chère ensemble» pou… https://t.co/wGqqOl5N0K
22:02# # - -Vienne : «Je lis, j’élis» : les coups de cœur des enfants dévoilés -> https://t.co/gu16a1kCD7
21:56# # - -Vienne : Agriculteurs, acteurs de l’énergie renouvelable -> https://t.co/5bBGSNSrKW
21:53# # - -Vienne : La Conf’87 invite les députés à s’engager pour une autre PAC -> https://t.co/SEcFTMPrHL
21:49Région : Gare de Limoges, disparus et cachés depuis 40 ans, des décors Art déco retrouvés -> https://t.co/DdSJ7JDFRH
21:46France : Se reconnaître coupable, le premier pas -> https://t.co/WSTYedMhNu
18:55Indre : Radio France : l’appel du 18 juin massivement suivi -> https://t.co/Y7UbklKoBb
18:52Indre : Grève du Bac reconduite -> https://t.co/ng4AVSnXzR
18:47Châteauroux : Accueil à la mairie : ce qui va changer -> https://t.co/e8ssTcrfFv
18:10RT : Non, BFMTV ne se trompe pas en convertissant 1,69 franc (de 1973) en 1,50 euro (de 2018), contrairement à ce qu'aff… https://t.co/C4qP6volvj
18:08RT : 🇫🇷 | Le 23 mars 2018 à Trèbes, le lieutenant-colonel BELTRAME s'est sacrifié pour que vivent des i… https://t.co/WAf8WvUUHG
17:55RT : Un ours polaire affamé a été repéré en périphérie de la ville industrielle de Norilsk, dans l'Arctique russe, en tr… https://t.co/DjLrDEVXR3
17:54RT : Un limougeaud participe ce soir à l’émission présentée par Samuel Etienne. Nous lui souhaitons bonne chance 💪 https://t.co/j38kI50LGJ
17:54RT : Le directeur de l’Humanité, sera en direct sur notre page à 18h, il donnera des info… https://t.co/YHtLRimefk
16:54Marquay : Recueil de fonds pour restaurer l’église -> https://t.co/KkmxI011pP

Tous unis contre les idées extrêmes

Politique

Samedi à Tulle, plus de deux cents personnes ont manifesté pour dire non à l’ouverture d’un local porté par la Division Nationaliste Révolutionnaire (DNR) dans la préfecture de la Corrèze. Le rassemblement s’est déroulé dans un climat tendu concomitant à une réunion publique du FN et la manif de Colère 19. Ambiance ! 
Le rassemblement citoyen à l’appel du Collectif des 7 Collines contre l’implantation de la DNR à Tulle, a évolué dans un climat délétère.
L’alignement des planètes n’était en aucun point idéal en ce samedi hivernal pluvieux dans une ville préfecture endormie du sommeil des vacances. Elle a été réveillée brutalement en ce début d’après-midi par le vacarme de la manifestation de Colère 19 (lire page 4) et la tenue surréaliste d’une réunion publique du Front national dans la salle Latreille en présence d’un élu régional et d’un député européen (lire ci-dessous).
Cette conjonction d’événements et ce brassage de personnes au cœur de la cité auront pesé dans le bon déroulement de ce rassemblement pacifique.
Le cortège tonitruant de Colère 19 ouvert par des motards de la police est passé vers 15h30 devant la place Berteaud où cent cinquante personnes avaient convergé alors qu’une autre partie de ces  manifestants avait pris le chemin de la préfecture pour être reçue en délégation par le secrétaire général -après celle de Colère 19-. La tension était palpable entre ces deux  groupes et quelques noms d’oiseaux ont fusé quand ils se sont finalement croisés au pied de la préfecture, les uns statiques, les autres se dirigeant vers l’entrée de la préfecture rue Souham.
Sur le fond de cette affaire, tous les manifestants, syndicalistes,  militants politiques du PCF, de la France insoumise, étaient profondément indignés à l’idée  qu’un local du groupuscule néo-nazi DNR (Division Nationaliste Révolutionnaire) issu des «Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires»  puisse ouvrir ses portes dans une ville martyre, marquée dans sa chair par la tragédie du 9 juin 1944.
«On va faire part au préfet de nos inquiétudes.  On a un peu levé le lièvre il y a environ un mois et demi sur le projet d’ouverture d’un  local de la DNR. Il y avait une envie pour beaucoup de personnes de faire barrage à ça. On est fier aujourd’hui qu’il y ait beaucoup de monde. Quand je vois des gens aussi stupides déblatérer des bêtises pareilles au XXIè, on ne pouvait pas laisser passer ça. Ils ne se disent pas fascistes mais ils publient des images de SS. Comment on peut faire ça à notre époque?» s’interrogeait Guillaume, membre du collectif.
Pour le collectif, la tenue d’une réunion du FN en ce samedi de mobilisation n’avait rien d’illogique.
«On a bien conscience des liens entre la DNR et le FN, d’où l’intérêt d’être là aujourd’hui» estimait François, membre du collectif.
Le comité de Tulle de l’ANACR était du rassemblement. Son président, Michel Trésallet  regrettait ce carambolage «un peu foutoir. On a adhéré à cette marche portée par les jeunes du Collectif. Le bruit a couru que c’était fini, mais c’est faux, ils cherchent toujours un local. Dans une situation pareille, il faut impliquer les gens, qu’ils se sentent un peu plus concernés. On est heureux que le conseil municipal ait voté mercredi soir à
l’unanimité la motion».
Cette motion qui appelle à la vigilance et à la mobilisation  adoptée le 13 février à Tulle a été envoyée à toutes les municipalités de Tulle agglo. Elle a été déposée samedi à la préfecture accompagnée d’une pétition. Un rendez-vous avec le préfet Gaume a été demandé  pour cette semaine.
Au vu de l’importance du sujet, on ne peut que pointer l’absence de réactions des quatre parlementaires corréziens qui n’ont pour l’heure pris aucune position officielle.
L’ancien député communiste de la Corrèze et député honoraire européen Pierre Pranchère, était du rassemblement : «Je condamne fermement les fascistes et les néo-fascistes mais pas seulement à Tulle. L’an passé en Moselle, il y a une plaque installée, célébrant la 17e Panzer division SS qui a été responsable du massacre de Maillé» s’indignait le député.
«Je viens ici c’est aussi parce que j’avais un grand-père résistant qui a subi les affres de l’occupation allemande et des fascistes à l’époque. Par rapport à mes petits-enfants, il me semblait important de me trouver là en tant que citoyen pour défendre des valeurs qui ne sont pas celles de la partie adverse» expliquait le Tulliste Georges Bloyer.

Le service d’ordre du FN, du gaz et des réservistes  

La réunion du FN, salle Latreille, a été émaillée d’un trouble à l’ordre public. Il fallait voir la dizaine de nervis du   DPS,  le service d’ordre du FN,  pour le croire. Si le parti de Marine Le Pen avait bien loué la salle Latreille pour une réunion publique en ce gris samedi, son service d’ordre s’était accaparé une partie de l’espace public,  barrant et filtrant l’entrée de l’impasse Latreille au niveau du quai de la République comme si de rien n’était ! Ce spectacle d’un autre temps a outré bon nombre de Tullistes qui passaient par là.
Vers 17 heures, un petit groupe de jeunes (4 a priori) sont venus se frotter aux hommes du DPS leur disant qu’ils n’étaient pas les bienvenus à Tulle. La situation  tendue   a pris une autre tournure quand  des hommes du DPS, tonfa et bombe lacrymo en main, sont allés de l’autre côté de la chaussée où se trouvait le groupe. Un jeune particulièrement visé a été gazé. A ce moment-là, deux gendarmes réservistes sont intervenus pour tenter de mettre fin à l’échauffourée. L’un des deux gendarmes a eu droit aussi à son coup de lacrymo. Quand le second réserviste a sorti sa carte, le service d’ordre s’est rapidement dispersé. Ironie de l’histoire, Michel Trésallet le président de l’Anacr de Tulle, rentrant chez lui, a été agressé par une forte odeur piquante : «Les yeux pleuraient c’était intenable» explique t-il. D’autres personnes ont été sujettes à ces symptômes. Michel Trésallet a signalé le fait au commissariat et a l’intention de déposer plainte comme les deux gendarmes réservistes. Une enquête est en cours. Le FN Corrèze, lui, va ouvrir un local à Tulle avenue Alsace-Lorraine !

Serge Hulpusch

Adidas Crazy BYW