Fil info
18:36Indre : La gendarmerie alerte sur les risques de la cybercriminalité -> https://t.co/uVQ86yzlIE
18:34Indre : La « Berrichonne de l'Indre » monte à Paris ! -> https://t.co/HdmkRrKrC1
18:13Coulounieix-Chamiers : « La plus grande cause, c’est de faire société » -> https://t.co/MVStFkNLXU
17:29Argenton-sur-Creuse : Une nouvelle clinique vétérinaire dédiée au bien-être animal -> https://t.co/wL2yKR7vlz
17:29Le Magny : Rudy Rübel ranime l'hôtel- restaurant du bourg -> https://t.co/WCPMFnCRXl
17:04Sarlat-la-Canéda : Containers enterrés : une petite révolution pour l’usager -> https://t.co/h2pv9p7FyV
16:56Corrèze : Un mandat pour redonner du tonus -> https://t.co/bvnVIVU0kR
16:44Tulle : Solidarité -> https://t.co/hehRVi2g2x
16:34Tweet de L'Echo Haute-Vienne () L'Echo Haute-Vienne () a tweeté : # - -V… https://t.co/iYMMLmM52I
16:03Marsac-sur-l'Isle : Elles en ont toujours sous le capot -> https://t.co/jHXANXC9ce
15:07Périgueux : Beynac, Bourdeilles, Vendoire : mauvais temps pour le bitume -> https://t.co/ByDJnuup8R
14:48Dordogne : Cupidon du Vern, tombeur du Salon -> https://t.co/O4anY1bmds
09:36RT : Immersion dans le Périgord, au cœur de la préparation de l'ex-champion d'Europe du 3000 mètres steeple,… https://t.co/9dQmiLjNSd
08:52France : Le monde maritime s’invite à la BFM -> https://t.co/K9V652dbOU
08:49Région : "Pas de TGV pour les ploucs" de Bernard Cubertafond, universitaire -> https://t.co/Zv1ccZEEQw
08:36# # - -Vienne : L’hommage de la CGT Energie à Gérard Pelaudeix -> https://t.co/2NQValiDOt
07:57# # - -Vienne : SNCF, le coût de l’externalisation sur l’emploi et la sécurité -> https://t.co/z7qqajBQvm
07:51# # - -Vienne : L’avis d’expulsion des Gilets jaunes des Casseaux expire aujourd’hui -> https://t.co/sGt2m3q49t
07:49Région : Protéger les troupeaux et la biodiversité -> https://t.co/CpF8fTzZKr
07:46Dordogne : Tribunal de Grande Instance de Périgueux, rendre un avenir possible -> https://t.co/zwe3HsXSDv

Des Nuits de Nacre au beau fixe

Festival

La 31e édition des Nuits de Nacre s’est terminée ce dimanche soir par un grand banquet en musique. Soleil, chaleur et l’accordéon en vedette ont rythmé le festival très foisonnant et bouillonnant en terme de proposition et de fréquentation. Ce nouvel opus organisé au tout début de l’été est réussi. Un bon présage...

Des journées plus longues, du soleil et de la chaleur, c’est ce qui manquait aux précédentes Nuits de Nacre. La 31e édition marque un tournant avec le changement de date. Et le pari est réussi.
Le festival a brassé la foule ce week-end, répondant aux attentes des organisateurs. L’accordéon  en tête d’affiche se déclinait dans tous les styles dans la rue, sur les quais, sur les terrasses de cafés, sur le marché, au théâtre, à la cathédrale, au cloître, sur les places... créant un bouillonnement et un foisonnement culturels. Les propositions, une soixantaine, montraient l’étendue du répertoire du piano à bretelles, encore trop souvent assimilé au musette.
Difficile de résister à l’énergie de Lalala Napoli vendredi soir, formation portée par François Castiello, le fil rouge de cette édition. Curieux de tout et surtout des autres cultures, il nourrit sa musique de ses rencontres et de ses voyages. C’est au Pays Basque que Xarnège nous a emmenés samedi soir sur le quai Baluze. Avec une collection d’instruments traditionnels étonnants, le groupe a fait tournoyer les danseurs sur le parquet. Un peu plus tard et un peu plus loin, scène Gambetta, c’est Beltuner en transe qui électrise le public avant que Reco Reco et Fat Bastard Gang Band ne l’emmènent jusqu’au bout de la nuit.
On retiendra la performance de Motion Trio au théâtre. Ce groupe d’accordéonistes originaires de Cracovie parviennent à atteindre le sublime en explorant toutes les possibilités de leur instrument et en jouant en acoustique.   Juste avant eux, Marc Perrone, le «pape» du diatonique, a raconté sa vie et sa carrière en images et en musique avec ses amis André Minvielle, Marie-Odile Chantran et Jean-Baptiste Laya. Changement d’ambiance sur la place Jean-Tavé, occupée par les citoyens du décalé Vladkistan au son et aux textes libérateurs.

Un bilan «à chaud»

Au final toutes les générations, tous les milieux se sont retrouvés et croisés sur les lieux du festival attirés par une programmation de qualité et éclectique élaborée collégialement par la Cité de l’accordéon, Des Lendemains qui Chantent et le collectif Vacance Entropie. Des organisateurs satisfaits par cette nouvelle mouture. «La fréquentation est conforme à ce que l’on pouvait attendre», commente Damien Parisot des Lendemains qui Chantent. «Les cafetiers et les restaurateurs nous ont déjà fait part de leur contentement». La chaleur et le soleil de plomb ont découragé quelques spectateurs les après-midis désertant les places pour aller prendre le frais au Cloître et à la cathédrale. «Ces lieux ont très bien fonctionné.
L’église était bondée pour le Misa Tango». Le retour des artistes est également très positif. «Wally a vu le festival comme une grosse fête de la musique réussie. Doc Mad s’est cru dans le sud de la France». Pas de couacs non plus du côté de la sécurité et des bénévoles, ravis eux aussi.  «Il nous reste encore des points à améliorer, des partenariats à capitaliser, voir comment étoffer encore les propositions avec pourquoi pas, une scène intermédiaire entre les plateaux. Reste aussi à gérer une météo caniculaire en plus de trouver des solutions en cas de pluie». De nouveaux défis à relever pour que les Nuits de Nacre réussissent complètement leur virage estival.

Karène Bellina


Prolonger le festival
Rester dans l’ambiance des Nuits de Nacre c’est encore possible à travers la belle exposition présentée en ce moment au restaurant «Le Bouche à Oreilles» avenue Charles de Gaulle. «Les Nuits d’Agnès et Franck» font un retour en images sur dix ans d’accordéons, de percussions, chants,
émotions, danses et intensité. Les clichés d’Agnès Gaudin et Franck Barrat sont à voir jusqu’au 30 septembre. Autre idée : visiter le pôle Accordéon et ses belles collections (accès groupes au 05 55 20 28 76) ou encore la manufacture Maugein du mardi au jeudi à 10h30 (05 55 20 08 89).
 

Nuits de Nacre 2018 2e jour