Fil info
21:17Indre : Attaque virulente contre la directrice de l’Agence régionale de santé | L'Echo https://t.co/G9LwAgYxaj via
18:48Dordogne : Beynac : le Département et la préfecture haussent le ton -> https://t.co/7XIpQv05zQ
18:46Salagnac : De nouveaux réfugiés d’Afrique subsaharienne accueillis à Clairvivre -> https://t.co/8JaHaiWvWb
18:40Ussel : Des poèmes et des chansons pour célébrer la paix -> https://t.co/UbctK0Smqy
18:28Châteauroux : Les citoyennes se réapproprient la ville et leur quartier -> https://t.co/GxFNXOQnQQ
18:01Un médiateur a été désigné pour intervenir dans le conflit actuel du SDIS 87 (sapeurs-pompiers). Il pourrait interv… https://t.co/800yeoFWLT
17:05Région : Vers une mobilisation nationale ici -> https://t.co/wib3899aCp
16:56Saint-Astier : Double fête pour le lancement de la saison à La Fabrique -> https://t.co/BrL1xEmIUN
16:52Sarlat-la-Canéda : Fernando Costa de retour au Pays -> https://t.co/HxP5hZ7QQI
16:52# # - -Vienne : Un pas vers l’égalité réelle -> https://t.co/6AAvAPg09Q
15:52Périgueux : Sérieux contretemps pour le projet Montaigne -> https://t.co/bHMUd7avvr
15:50RT : La condescendance d’Emmanuel Macron est maintenant visible depuis l’espace https://t.co/DqHNykJOA1
15:49Périgueux : Un acheteur annoncé pour l’espace Britten -> https://t.co/V4DJG0HoBT
15:45Périgueux : 44 clubs labellisés -> https://t.co/MYcrcRWqlI
15:10RT : La condescendance d’Emmanuel Macron est maintenant visible depuis l’espace https://t.co/DqHNykJOA1
15:08RT : La Région débloque plus de 4 millions d'euros pour aider les victimes des intempéries https://t.co/NTUi0rr4Fx
14:57RT : Le Val de l'Aurence en fête les 22 et 23 septembre - Esplanade et Parc Pavillon du Mas-Jambost https://t.co/ax79ZbnlnB
14:53A20. Fermeture de la bretelle de sortie de l’échangeur n°26 « La Crouzille » dans le sens Province- Paris du 24 au… https://t.co/iSPBHiGxXO
12:57RT : À Saint-Junien, ville de 12 000 habitants comme je vous le disais, il y a un cinéma public, un théâtre, trois gymna… https://t.co/H3WJWjXyBD
12:54RT : À Saint-Junien, une salle bondée pour la défense de l'hôpital public. Plus de 300 personnes qui refusent de voir… https://t.co/AakgN8NOJF
12:50RT : À Saint-Junien, ville de 12 000 habitants comme je vous le disais, il y a un cinéma public, un théâtre, trois gymna… https://t.co/H3WJWjXyBD
12:50RT : [Thread] Retour à Paris après une soirée à Saint-Junien, à 30 km de Limoges. Avec le Maire, Pierre Allard, nous av… https://t.co/2qOO2kd70Y
11:32Tulle : L’éducation dans la balance ! -> https://t.co/gcxL9UP5XN

Une belle vitrine pour les associations

Vie associative

Délaissant le site de l’Auzelou pour le site autour de la cathédrale, le forum des associations a gagné en visibilité.
Jumelé avec les 40e foulées tullistes Patrick Perrier, le forum des associations s’est offert une belle vitrine de la richesse de la vie associative  tulliste. Pas moins d’une centaine d’associations ont répondu à l’appel de la municipalité. Sports, culture, humanitaire, santé, loisirs,  environnement... la palette était suffisamment large pour que le public y trouve son compte. Une présence que le club de gym, «La Tulliste» a su faire fructifier. En une heure, elle a enregistré une vingtaine d’inscriptions. Les clubs sportifs ont profité de cette exposition pour permettre aux enfants et  aux adultes de découvrir leurs activités. Tulle Grimp a su tirer parti des platanes pour installer un parcours initiation prisé des plus jeunes.
Maître d’armes au club d’escrime de Tulle, Kévin Marthon se réjouit de la participation des enfants. «Une vingtaine est déjà passée et pas mal de  parents ont pris des renseignements. On devrait avoir un peu de monde pour le premier entraînement» assure-t-il.
Au gré de nos déambulations nous avons rencontré Alain Baquier, membre du conseil d’administration de l’association «Etincelles» qui tenait un  stand : «Etincelles a été créée en 2008, son but est de prévenir les violences, essentiellement sexuelles, faites aux enfants sur le département de la Corrèze de deux manières différentes, d’une part par l’organisation de conférences en faisant venir des universitaires, psychiatres, historiens,  sociologues, anthropologues. Tout le panel de disciplines et de thèmes. Ces conférences sont ouvertes au grand public, uniquement adultes, on ne travaille pas auprès des enfants. Et d’autre part par l’organisation de ciné-débat avec un psychologue. Là on utilise des courts-métrages  sélectionnés par l’entremise de l’HEC, organisme qui gère le festival du court-métrage de Clermont-Ferrand. On a contacté les réalisateurs qui ont  accepté que l’on utilise leurs courts-métrages» explique Alain Baquier. «Le seul problème que l’on a, c’est de manquer de relais auprès de la  population. On lance un appel pour trouver des relais locaux, des associations qui pourraient servir de relais pour organiser ces ciné-débats»  insiste-t-il. Par son action, «Etincelles» souhaite briser le tabou des violences sexuelles. «Tout entretient le tabou, y compris l’image même du pédophile qui est véhiculée dans les médias. En règle général, lorsqu’ils sortent des affaires, ce qui est dit c’est que le prédateur, c’est le pédophile. Mais l’essentiel des violences sexuelles commises envers les enfants, c’est dans l’entourage immédiat des enfants et essentiellement même dans
la famille, 95%. Un chiffre qui est éloquent.  Nous sommes 60 millions d’habitants, il y a 3 millions d’enfants qui sont actuellement victimes de  violences sexuelles ! Un sur vingt habitants, c’est énorme. ça veut qu’il y a autant de parents qui sont incestaires. C’est cela qui est terrible, c’est ce tabou qu’il faut briser. On ne peut pas s'immiscer dans chacune des familles, il faut libérer la parole des enfants et faire comprendre aux adultes que c’est totalement destructeur» détaille Alain Baquier. Et de conseiller la lecture du livre de Dorothée Dussy ethnologue, «Le berceau des dominations».
L’association «un enfant, un cartable» a également profité de ce forum pour se faire connaître. «L’association est basée à Tulle, elle s’occupe de l’aide à la scolarisation d’enfants au Burkina Fasso. On leur offre un cartable, une lampe de façon à ce qu’ils puissent aller à l’école et participer au cours, parce que les enfants que l’on suit sont les enfants les plus défavorisés. On donne une priorité aux orphelines. On est présents au Burkina Fasso depuis 2007 avec une personne qui intervient huit mois dans l’année et qui est notre relais.
Toutes les actions que l’on mène passent par cette personne. ça assure un suivi et le fait que tout ce que l’on donne va aux bénéficiaires. On n’a pas d’intermédiaire administratif ou parasite, ce qui peut être gênant quand l’on intervient en Afrique» explique Jean-Michel Lachaud, président de «un enfant, un cartable».

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.