Savoir faire langue commune

Social

A partir du 4 janvier 2019,  la médiathèque intercommunale Eric-Rohmer proposera des ateliers de conversation en français gratuits, ouverts aux personnes allophones. Samedi, la médiathèque a projeté le film documentaire «Atelier de conversation». Explications.

Tout est affaire de langage, de langue et de conversation dans toutes bonnes sociétés.  Et quand pour des raisons diverses, vous vivez au sein d’un pays qui n’est pas celui de votre langue maternelle, parler, échanger devient plus un obstacle qu’une passerelle censée relier les Hommes entre eux.
Bernhard Braunstein est autrichien. Arrivé à Paris en 2010, il a participé à des ateliers de conversation mis en place au Centre Beaubourg à   destination des personnes non francophones. De cette expérience personnelle, il en a tiré le sujet passionnant d’un film documentaire d’une heure 15, soit la durée exacte d’un atelier.
Dans le film, on y suit au plus près des visages des échanges entre des personnes de toutes nationalités et de classes sociales, lors d’ateliers à  Beaubourg enregistrés  en 2013 et 2014 .
Ce film projeté dans le cadre du mois du film documentaire est à l’origine de futurs ateliers que va mettre en place la médiathèque à partir du 4  janvier 2019.
«Depuis quelques années, on se questionnait pour répondre à des demandes de publics non francophones fréquentant  la médiathèque. On s’est demandé ce qu’on pourrait proposer. On a acheté des méthodes de langues*, des livres en langues étrangères. On s’est dit qu’on pouvait aller au delà. En juin dernier, au congrès de l’ABF (Association des Bibliothécaires de France NDLR) à La Rochelle, nous avons découvert ce film. On s’est dit : c’est ce qu’il faut qu’on mette en place» explique Laurence Dubois, directrice adjointe à la Médiathèque.

"Ce n'est pas un cours de français"

Au cours du congrès, elle a rencontré Raphaël Casadesus, bibliothécaire à Paris à la Canopée. On le retrouve dans le film de Bernhard Braunstein.
«Ces ateliers de conversation  sont animés à la bibliothèque publique d’information au Centre Pompidou où j’ai travaillé pendant six ans. Pendant cinq ans, j’ai animé des ateliers. J’ai collaboré en amont avec le cinéaste sur son film» précise Raphaël Casadesus. Le film présenté à Paris en mars 2017 au festival Cinéma du réel a rencontré un beau succès critique en France et aussi à l’étranger notamment en Autriche avec de nombreux prix.
La mise en scène de Bernhard Braunstein place le spectateur à l’intérieur du cercle des participants des ateliers, dans un dispositif inclusif, mettant ainsi à pied d’égalité le spectateur et les acteurs des ateliers. Cinq thèmes viennent composer le film : la crise, les clichés, l’amour, le mal du pays, hommes et femmes. Raphaël Casadesus accompagne la diffusion du film depuis sa sortie.
Mais qu’est-ce au juste un atelier de conversation ?
«Ce n’est pas un cours de français. C’est la réunion d’une quinzaine de personnes allophones, qui ne parlent pas bien le français. Pendant une  heure et quart, on anime un atelier. On discute avec eux de façon à ce qu’ils puissent converser en français, sans les corriger.
L’objectif n’est pas de s’assurer de leur niveau de langue, c’est de les aider à favoriser la prise de parole en français. Pour la bibliothèque, ça permet aussi de proposer une activité sociale» souligne Raphaël Casadesus.

Une forte attente sociale

Pour arriver à ces échanges, la bienveillance doit servir de guide : «Si on arrive à faire passer le message, qu’ils sont les bienvenus,  que leur parole est bienvenue, qu’on ne les juge pas, qu’ils sont libres de dire ce qu’ils veulent dans un cadre posé de répartition de paroles, on a fait tout le travail. L’envie est très importante car il n’y a pas de lieu apaisé où ces gens peuvent s’exprimer librement. Ils réalisent très vite que même s’ils viennent de pays différents, ils vivent tous la même chose» constate le bibliothécaire. Ce dispositif est en train de se répandre dans de nombreuses bibliothèques en France. Il répond à une forte attente sociale. Les ateliers à la médiathèque Eric-Rohmer vont se dérouler à partir du 4 janvier les vendredis à partir de 17h30 tous les 15 jours.
Hélène Formosa, adjointe en charge du patrimoine et du secteur Etudes à la médiathèque a suivi une formation à la BPI du Centre Beaubourg : «On nous a donné des astuces pour animer ces ateliers et éviter les écueils dans lesquels ne pas tomber. Ces ateliers peuvent s’organiser de manière différente par le jeu, l’image».

Serge Hulpusch

*La médiathèque Eric-Rohmer propose des méthodes de langue en ligne (Assimil) sur ces postes informatiques avec trois connexions
en simultané possibles.
Renseignements au 05.55.20.21.48.

Air Jordan VIII Low