«Tout citoyen a le droit d’accéder à un juge»

Justice

Le barreau de Tulle en grève illimitée a organisé une manifestation hier matin dans les rues de la Préfecture pour protester contre la réforme de la justice. Ils demandent plus de proximité pour les territoires ruraux. Les manifestants ont échangé avec le député LREM.

Robe noire et masque blanc, une tenue pour signifier une «justice morte». Les avocats ont manifesté leur colère hier matin dans les rues de la Préfecture de la Corrèze. Ils protestent contre la réforme de la justice que souhaite mener le gouvernement et multiplient les actions depuis quelques jours.
En grève illimitée, ils ont décidé de marquer le coup en allant à la rencontre du député LREM Christophe Jerretie et en faisant preuve de créativité. Leur vidéo «la justice dans le cathéter» reprenant le tube des Trois Cafés Gourmands fait le buzz sur les réseaux sociaux. C’est cet air qu’ils ont chanté hier en marchant depuis les marches du Palais de Justice jusqu’à la permanence en passant le long des quais, des petites cornes de brume à la main. Le cortège d’une quarantaine de personnes des barreaux de Tulle et de Brive était précédé par un engin agricole de taille. «On nous a gentiment prêté le véhicule. C’est pour montrer que ce sont les territoires ruraux qui vont être pénalisés», commente maître Marche, la
bâtonnière de Tulle. En effet, à partir du 1er janvier 2019, les contentieux des affaires de sécurité sociale (accident du travail, incapacité, invalidité, Urssaf...) seront jugés en appel à Poitiers. «Tout citoyen, quel que soit l’endroit du territoire, a le droit d’accéder à un juge», affirme maître Marche.

Spécialisation des tribunaux en marche

Christophe Jerretie est descendu pour échanger avec les avocats. «Nous ne sommes pas là pour défendre notre profession mais les citoyens», poursuit-elle. Les barreaux déplorent la spécialisation des tribunaux qui est en marche. «Comment accepter que les citoyens aillent faire leur divorce à Périgueux, leur construction à Limoges ou autre chose à Tulle», poursuit-elle avant de demander à ce qu’il soit retiré purement et simplement. La dématérialisation des procédures est aussi dans le viseur des manifestations. «On veut que la justice soit humaine du début à la fin de la chaîne. Certes, le numérique est indispensable mais une justice rendue uniquement sur la base de statistiques, de données binaires de zéros et de uns est-ce-que c’est cela que nous voulons demain ? Nous avocats, sommes les derniers défenseurs des libertés publiques et nous nous battrons jusqu’au bout pour cela», souligne un autre avocat. «Entre 2008 et 2011, nous avons mené une bataille difficile qui a meurtri beaucoup de gens», rappelle Maître Gout à propos de la réforme Dati et de la fermeture du TGI de Tulle. «Notre première revendication est que cela ne se reproduise pas».

K.B


Débat public
Le barreau de Tulle organise une réunion publique le 17 décembre à  18h30 à la salle Latreille sur «la justice en danger».

Footwear Friday Nike, Jordan & More