Donner la voix au chapitre social

Débat

Le débat, le syndicat CGT veut se le faire à sa manière. En Corrèze, comme au plan national, cette action s’inscrit en réaction au grand débat national lancé par le Président de la République.

Le syndicat CGT ne croit pas dans les vertus démocratiques de ce débat et se positionne sur le terrain revendicatif et de la lutte «dans une période particulière de l’histoire, une période assez troublée mais aussi pleine d’espoirs sur les capacités qu’ont les salariés à accéder à un autre système économique» croit Sylvain Roch, le secrétaire départemental de l’UD-CGT de la Corrèze.
Sur fond de crise aiguë des Gilets jaunes, le syndicat CGT compte peser dans le débat social et le combat syndical, sa marque de fabrique depuis 120 ans ! Le 5 février, le syndicat CGT -seul en lice pour l’instant au plan des organisations syndicales- appelle tous les salariés à bloquer l’économie en se mettant en grève. Des actions* sont prévues sur les trois bassins de Tulle, Brive et Ussel.
Ce jour-là, la CGT veut donner la parole à tout un chacun lors d’une réunion salle de l’UP (Marie-Laurent à Tulle à partir de 15h30) : «Un débat qui reprend les préoccupations qu’on entend sur les ronds-points comme le  pouvoir d’achat. Pour nous, on règle ce problème par les salaires. La question de la fiscalité, car la CGT a des propositions, sur la problématique des conditions de travail ou les services publics» souligne Sylvain Roch.
La CGT est ainsi pour le rétablissement de l’ISF. Elle veut redonner à l’impôt sur le revenu toute sa place en l’élargissant à tous les revenus  financiers et du patrimoine, avec une plus grande progressivité, en augmentant le nombre de tranches et le taux d’imposition des tranches
supérieures.
Quant à la forme du débat national actuel : «On n’est pas dupe. On a lu la lettre du président. On connaît ça dans nos boutiques le brainstorming de direction où on invite tous les salariés à donner leur point de vue en faisant croire qu’on va les écouter gentiment. On sait comment ça se passe. La direction sait déjà ce qu’elle veut faire. Elle va s’appuyer sur la parole des salariés pour justifier de la casse. Le président propose ça. Il annonce déjà que la dépense publique doit être baissée.
L’expérience qu’on peut avoir dans les entreprises nous dit qu’on se dirige vers un débat pseudo démocratique» estime le secrétaire.
Le 5 février prochain, le syndicat CGT invite donc la population à débattre, gilets jaunes compris : «Ce qu’il y a de bien avec ce mouvement, c’est qu’il pose le débat du pouvoir d’achat, de la fiscalité, des services publics, de la transition écologique. On est dans une crise sans précédent. Marx disait que le capitalisme use tous les hommes et la nature. On arrive au bout de ça. On ne pourra combattre le réchauffement climatique sans se poser la question de comment on produit, avec qui, comment les salariés sont rémunérés, et pèsent sur la décision. Tout est lié» analyse Sylvain Roch.

(*) A Malemort, rassemblement au rond-point Leroy-Merlin à partir de 10h, casse-croûte et opération escargot jusqu’à Tulle à partir de 12h30.
Ussel, rassemblement dans la matinée devant l'hôpital et opération escargot jusqu’à Tulle.

UA Air Jordan 1