Fil info
18:52La fabrique d’un journal. Imprimerie Rivet. Éditeur de . Colère aussi de savoir que l’, après… https://t.co/UrC2sD3iXM
14:19 Formidable 👍
13:42Le surnom de "Poupou" lui a été donné par un journaliste du quotidien communiste du Centre, di… https://t.co/iG6trKRIOz

Vers le point bleu de l’univers

Festival Du Bleu en Hiver

Architecte de formation, musicienne et adepte du surf, Gwennaëlle Disclyn possédait toutes les qualités artistiques requises pour répondre à la  traditionnelle «commande» de la Cour des Arts destinée à accompagner le Festival du Bleu en Hiver dont la nouvelle édition  débute ce jeudi.
Cette parisienne installée à Brive a été bercée par les arts dès son plus jeune âge et la peinture s’est finalement révélée le vecteur idoine pour  exprimer et faire partager son imaginaire foisonnant. Son goût prononcé pour la musique et sa formation d’architecte ont aussi nourri et construit le  beau travail qu’elle propose à la Galerie expérimentale du Point G.
L’installation est composée d’une partition aérienne aux fils tendus de manière horizontale sur toute la largeur de la pièce sur laquelle viennent se  déposer des notes bleues et rondes comme une orange stellaire en suspension.
En son milieu, un quatuor de tableaux peints à l’acrylique représente un paysage d’abstraction entre ciel et mer, baigné de bleu et de lumières  scintillantes. A regarder de plus près l’œuvre, les notes sont ordonnées dans l’espace d’une manière harmonieuse mais progressivement elles envahissent le champ de façon plus chaotique.
Le jeu des matières, des couleurs et des volumes s'opère sur quatre niveaux : hauteur, longueur, profondeur et temporalité.
Voilà donc la clé de sol de cette «Variation» ! «J’ai essayé de mettre en valeur l’aspect musical. Je travaille beaucoup le bleu. J’ai voulu représenter la musique et le côté improvisation lié au jazz» explique Gwennaëlle Disclyn.
Hasard très «objectif» des surréalistes, les quatre tableaux dans leur alignement illustrent le passage de l’eau dans la ville. Ils font face à la place Berteaud où justement le passage de la Solane est symbolisé par un cours d’eau  taillé dans la pierre qui se prolonge jusqu’au pied de la vitrine.   
L’artiste n’a découvert l’existence de cette rivière souterraine et matérialisée qu’une fois l’œuvre réalisée !
Gwennaëlle Disclyn s’inspire essentiellement du bleu et du rouge dans ses installations.
La jeune artiste aimerait se consacrer au Land art, elle qui a étudié les Arts Appliqués, à l’Atelier de Sèvres avant de s’orienter vers l’architecture.
Elle utilise plusieurs techniques, différentes brosses, couteaux... et façonne également des outils adaptés à certaines de ses créations.   Ici, «Variation» prend une ampleur supplémentaire à la nuit tombée grâce  à l’éclairage précis et diffus mis en place par Joël Vaujour.

Dunk Low Pro Sb Loden Dark Black Loden 304292-301