Les Escunlous toujours en verve

Cabaret du Trech

Les Tréchois sont de retour sur scène après deux ans d’absence. Leur nouveau spectacle de cabaret aborde la renaturation de la rivière Corrèze et un voyage au temps des gallo-romains à Tintignac et égratigne les élus locaux en rire et en chansons.

La première représentation vendredi soir était à guichet fermé, comme les suivantes ce week-end. Les spectateurs «avides de tréchoiseries» ont dû patienter deux ans avant de retrouver les Escunlous sur la scène de l’Auzelou. Une absence en 2018 interrompant 37 ans de cabarets consécutifs, un laps de temps qui a permis aux auteurs de travailler leur texte, de le laisser reposer, maturer avant de le peaufiner. «Deux ans c’est aussi le temps de renaturer la Corrèze», tonne le narrateur juste après les trois coups. Car c’est ce chantier de l’agglo qui a inspiré la joyeuse et fine équipe et servi de base au scénario. Comme les éditions précédentes, celui-ci est découpé en trois actes : Renaturation, Trechambulation et Décoction.

Le zouave Hollande

La pièce s’ouvre dans le lit de la rivière avec une pêche électrique sous le regard du maire et d’un couple de «clampes». Entre les prises de truites fario, goujons et écrevisses, les allusions à la vie politique fusent. «Il y a ceux qui migrent comme Valls, ceux qui passent entre les mailles du filet comme Balkany et ceux qui
franchissent les obstacles à grands coups de queue comme Dominique Strauss-Kahn !». Le débit des calambours est similaire à celui d’une rivière en crue.
Les personnages qui explorent le cours d’eau y découvrent détritus et vieux papiers «qui vont être déposés à Brive Plage» mais aussi des objets plus insolites comme un gant de boxe. «C’est le poing de Tulle !», s’exclame une salariée de l’agglo. Dans les eaux corréziennes figure aussi une statue... de François
Hollande. L’ancien président ainsi immortalisé annonce les crues comme le zouave du pont de l’Alma et protège la ville de la sécheresse.
L’exploration se poursuit sous le tunnel les pieds dans la Solane.

Au temps des gallo-romains

On y croise une sirène et un animal préhistorique fossilisé, on découvre des moules perlières géantes et des morceaux d’un drôle d’instrument à tête de
sanglier. C’est un carnyx. La tentation est grande de souffler dedans... La magie opère et voilà nos Tréchois au temps des gallo-romains. A Tintignac, gouverne un certain Jerretix, ancêtre du député de Tulle, qui rêve de diriger la Gaule. Un bûcheron très motivé, du nom de Costix est un as de la coupe. Pas de village gaulois sans conteur et surtout sans druide. Le vieil homme a la barbe longue et la mémoire qui flanche... Il prépare ses potions approximatives en occitan... Les Tullistes du XXIe siècle ne sont pas au bout de leurs surprises et les talents du mage vont aboutir à une «découverte scientifique qui va révolutionner l’humanité». On n’en dira pas plus pour ne pas gâcher le plaisir du spectateur.

Ce dernier pourra apprécier les très beaux décors, les costumes, la musique, les textes des chansons parodiques, le champagne et les mignardises mais aussi le soin porté à la décoration de la salle. Les Tréchois sont en forme et c’est tant mieux. Ils nous avaient manqués !

K.B.

Représentations le 28 février à 20h30, le 1er mars et le 2 mars à 21 heures à la salle de l’Auzelou. Tarifs : 16 euros.
Renseignements sur www.communelibredutrech.fr.

Nike Hypervenom Phantom III Low