Le conflit dans l’impasse...

Social

Le mouvement de grève des facteurs de Tulle rentre aujourd’hui dans sa 29ème journée. Hier des réunions entre les syndicats CGT et SUD avec la direction ont achoppé au sujet de la durée d’une tournée courrier sur deux ans. La direction dit «niet».

Le mouvement de grève des facteurs de Tulle du Centre courrier se poursuit.
Pourtant hier en matinée, les grévistes et leurs soutiens avaient espéré une issue de sortie à cette action sociale de longue haleine. La demande de la direction d’une réunion avec les  syndicats pouvait augurer d’avancées. Au programme syndical des négociations, le maintien d’une tournée  courrier sur une durée de trois ans qui vient s’ajouter à celle d’une tournée colis de fait actée. Au final, il n’y aurait que six tournées supprimées sur les 45 au lieu des 8 tournées en moins  envisagées par la direction au départ sauf que... «La direction a considéré  que ce n’était pas une séance de négociations mais une discussion sur le protocole de reprise. Il n’ a pas été question de la tournée courrier que l’on demandait sur une durée de trois ans. La direction a dit que c’était sur un an de manière  irrévocable, sans possibilité de revenir en arrière» déplore Joël Berthier délégué SUD-PTT du Centre courrier.
Après cette première rencontre infructueuse, une seconde s’est tenue à 16h30 sur des bases un peu différentes : «Lors de la première audience,  elle nous a représenté les mêmes propositions : une tournée colis et une tournée d’ajustement temporaire sur un an. Il n’y a pas eu de négociations possibles. A l’unanimité, on a décidé de baisser un petit peu nos revendications  en demandant la tournée sur deux ans. La Direction nous a dit qu’il en était hors de question.
Aujourd’hui, le blocage coince sur un an, ça devient ridicule. Plus personne ne comprend rien. On est presque en sortie de conflit. Il n’y a rien à  gagner et en attendant, ce sont les usagers qui sont victimes de cette situation» constate Jean-Charles Fonteneau,   facteur, militant CGT en grève
depuis le début du mouvement.
Le conflit perdure avec une direction qui semble jouer la montre face à des grévistes déterminés : «Dans le Gers, 4 factrices sont en grève depuis 70 jours pour 0,24 équivalent emploi. Le pourrissement est là aussi» pointe Joël Berthier.
Réunis  en assemblée, les postiers ont décidé de la poursuite de leur mouvement  qui rentre dans sa 29ème journée : «On est surpris de ce  blocage du côté de la direction. Il faut que le préfet nomme un médiateur» souligne Jean-Pierre Fraysse du Collectif des usagers.

Serge Hulpusch