Fil info
18:39RT : Au fait merci pour le coup de projo cette semaine. Ça nous a fait plaisir ! https://t.co/tUxoF9VjQE

Percer les secrets de la bourrée

Culture

Le saviez-vous? Les bourrées du centre France ont un pas glissé dans un mouvement dansé où l’énergie est donnée sur un axe horizontal. Contrairement aux danses du pays de Gascogne ou celles de Provence ou même celles d’Irlande qui s'exécutent sur la pointe du pied donnant au mouvement dansé une verticalité légère. D’où provient cette différence? «Des vêtements portés!» répond Edith Maricot. «Dans les danses traditionnelles, tout est lié et logique. Le climat rude de ces régions obligeait les personnes à porter des vêtements chauds donc lourds. Les pieds des danseurs sont chaussés de sabot. Ce n’est pas la même chose que d’aller avec des semelles de corde sur un terrain sec en provence. En Irlande, la tradition voulait que l’on quitte ses souliers» poursuit l’experte.
Ainsi les danses traditionnelles sont marquées du sceau indélébile des corps tels qu’ils se mouvaient autrefois dans les matières. Une trace qui montre la voie à suivre pour comprendre le geste chorégraphique de nos ancêtres et entrer dans la danse des bals folks qui agitent encore nos campagnes.  Après ça, rien ne vous arrêtera plus : bourrées à deux et trois temps, rond d’Argenton, branle d’Ecueillé, quadrette à quatre ou carrée à huit seront vos pas préférés. Avant tout, il faudra dépasser la «difficulté de la simplicité» pour obliger votre tête à réapprendre à poser vos pieds le bon nombre de fois... Facile à dire, complexe à mettre en place! Depuis 25 ans qu’elle donne des cours, Edith Maricot, entrée dans la danse à l’âge de cinq ans, prévient «Il faut commencer à apprendre à marcher avant de vouloir courir!»
Une étoile de la danse trad’
Pour les danseurs de ce samedi après-midi à Ussac, le pas de bourrée est assimilé. Ils étaient une vingtaine venus de tout le Limousin pour suivre les cours de cette grande dame connue comme le loup blanc à travers toute la France dans le milieu. Toujours accompagnée de musiciens que ce soit ceux de La Chinchée, du duo Musiqu’à Deux ou de Shelta et d’autres encore, Edith Maricot fait partie des sept enseignants qu’Yvonne Paire et Catherine Auge, chorégraphes, avaient choisi de suivre lors d’une étude menée en 2005 par le ministère de la culture sur la pratique et  l’enseignement de la danse traditionnelle en France. Maîtrise des pas, pédagogie ainsi que  connaissances  historiques, sociologiques et  physiologiques étaient requises pour être éligible à cette étude. C’est dire si la dame est une étoile dans son domaine.
Et bien dansez maintenant!
L’association corrézienne Rhapsode organise depuis des lustres stages, concerts et bals folks dans le département. Des prochains rendez-vous sont à noter dans les agendas pour se dégourdir les gambettes. Le 18 novembre à Beynat, salle Pierre Demarty, Musiqu’à Deux donnera un concert à 20h avec bal folk à sa suite. Le 25 novembre, ils seront à Lamazière-Basse à 21h, salle des fêtes Adèle Davoine. Le grand rendez-vous sera bien sûr les 24h de bal folk non-stop au festival de Mialaret à Neuvic d’Ussel les 26 & 27 mai 2018.
Retrouvez toutes les dates des bals folk sur le site du Centre Régional des Musiques Traditionnelles en Limousin : http://crmtl.fr/

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.