Fil info
19:07Coulounieix-Chamiers : Préfet Frédéric Perissat : « nonobstant la loi chasse, je reste le patron » -> https://t.co/WGQBNSjKM6
18:36Périgueux : Prise de conscience de l’urgence climatique et sociale -> https://t.co/3npg9YL2Rs
18:19RT : Pour un Jean-François choqué, l’incarcération de est particulièrement sévère au regard de son âge. Venant… https://t.co/oRDsTLZrE8
18:18RT : La droite qui s’indigne de l’incarcération de Patoche c’est la même qui a fait du « laxisme de la justice » son fon… https://t.co/YWj0Z29AGn
18:04Saint-Laurent-sur-Manoire : Une troisième saison riche de découvertes -> https://t.co/Ksxua3wlZj
18:04RT : [A LA UNE A 18h00] De nouvelles scènes de violence ont émaillé des manifestations interdites à Hong Kong, la police… https://t.co/3SuiyShqYU
18:00Castelnaud-la-Chapelle : Sensibiliser le public aux enjeux du climat et de la biodiversité -> https://t.co/00uPHwNESp
14:18RT : Merci aux ⁦⁩ ⁦pour cette article sur le train des primeurs. Ils confirment mes propos ainsi que ceux de ⁦… https://t.co/a1wVulXTlH
08:26Périgueux : (VIDÉO) Jean-Philippe Granger : "le monde agricole est aussi des négociations sur le réforme des retrai… https://t.co/quugxSk02B
07:08Chancelade : Deux incendies, une maison totalement détruite aux portes de Périgueux -> https://t.co/zJ68vKjs43

Un nouvel abattoir en projet à côté du marché au cadran

Un nouveau grand projet va consister à créer juste à côté du marché au cadran, un abattoir appelé à remplacer l’abattoir municipal d’Ussel.
Le marché au cadran d’Ussel poursuit la progression de son activité. Les ventes hebdomadaires de bovins devraient porter au total sur 25.000 animaux cette année (contre 23.000 en 2016). Cet équipement permet aux éleveurs de vendre aussi des porcs (15.000 par an) et depuis septembre dernier des moutons. Il organise en outre des ventes de coupes de bois, dont le nombre va passer de deux ou trois par an, pour un volume global de quelque 250.000 m3, à six par an.
Le marché au cadran fonctionne selon le principe de la vente aux enchères, qui met en concurrence des acheteurs (ils sont environ 35 par séance de bovins à Ussel) et contribue donc à soutenir les prix. Cela permet à des milliers d’éleveurs de la Corrèze et des départements voisins de valoriser au mieux leurs animaux, surtout dans les périodes où les cours sont plutôt déprimés.
Présidée par Bruno Bunisset, la société du marché au cadran d’Ussel est détenue par près de 2.400 éleveurs de la région. S’appuyant sur la réussite de cette entreprise, Bruno Bunisset est en train de finaliser, avec son équipe, un nouveau grand projet conçu selon les mêmes principes. Il l’a présenté récemment à Bernard Combes, venu apprécier sur place l’intérêt de cet outil au service des agriculteurs.
Il s’agit de créer, juste à côté du marché au cadran, un abattoir qui sera appelé à remplacer l’abattoir municipal d’Ussel. Un millier d’éleveurs en seront les actionnaires. Sans concurrencer l’abattoir d’Egletons, ce nouvel équipement sera doté d’un atelier de découpe, d’une unité de production de steaks hachés de qualité et d’un atelier d’abattage de volailles.
Il devrait employer près de quatre-vingt-dix personnes. Son ouverture est prévue pour l’automne 2018.

Air More Uptempo