Fil info
09:38 Attention, suite à un accident de la circulation, la route entre Périgueux et Sarlat (D 710) es… https://t.co/FbdhHNMpss
09:38Corrèze : Ils veulent créer un collectif pour « sauver Ruffaud » -> https://t.co/dp595UDUgj

Il faut se battre pour l’hôpital !

Social

Mardi, la CGT avait choisi le centre hospitalier d’Ussel pour le rassemblement contre la politique sociale du gouvernement. Un symbole fort car l’établissement rencontre des difficultés financières depuis une dizaine d’années et son avenir en tant  que centre hospitalier général (et le terme est important) est menacé. Explications.

Les personnels en grève, même réquisitionnés d’office dans le cadre de la continuité des soins, avaient rejoint, comme la loi le permet, pour  quelques minutes le rassemblement qui avait lieu devant l’entrée de l’hôpital pour expliquer la situation difficile de l’établissement et pourquoi il fallait se battre pour le conserver en l’état. Tous les services, qu’ils soient médicaux ou techniques étaient représentés.
Les difficultés financières de l’établissement ne datent pas d’hier. Effectivement, Marcelle Leroy, secrétaire du syndicat CGT de l’hôpital, en donne les raisons. «Cela fait une dizaine d’années que sont apparues ces difficultés. Elles sont nées dans un premier temps du nouveau système de tarification - tarification à l’activité* - qui met les petits établissements dans des situations difficiles et de la difficulté à recruter des médecins pour un hôpital rural».
Refus de vote du bilan 2017, un acte fort  
Le conseil de surveillance, à l’unanimité de ses 9 membres - élus et représentants du personnel, du corps médical et des usagers et personnes qualifiées - a refusé de voter le bilan 2017 début juillet, ce qui représente, selon Marcelle Leroy, un «acte fort pour alerter l’ARS - Agence Régionale de Santé - sur la situation particulière de l’établissement». Et d’insister sur le fait qu’on leur demande de baisser la masse salariale alors que là n’est pas la solution ! «L’hôpital doit une prestation, des soins à la population, même si la masse salariale représente 70% du budget, il n’y a pas de relation de soins sans personnel». Elle invite toute la population du bassin à se sentir concernée, car l’hôpital, à taille humaine, avec toutes ses  spécialités - notamment chirurgie, maternité et urgences - appartient à tous, dans le monde rural notamment.
Attention aux termes
Marcelle Leroy insiste sur le fait qu’il ne faut pas parler «d’hôpital de proximité mais de centre hospitalier général à proximité tel que l’est l’hôpital d’Ussel». La loi Buzyn, en effet parle des hôpitaux de proximité, établissements qui ne comporte ni service de chirurgie, ni de service de maternité et d’un service d’urgences de jour seulement «et cela ne correspond à ce que doit être et rester l’hôpital d’Ussel».
Et la mairie dans tout ça ?
Christophe Arfeuillère, maire d’Ussel, président du conseil de surveillance, absent, s’était excusé. Une demi-poignée d’élus du territoire mais aucun élu de la majorité municipale, pourtant invitée au rassemblement.... Patrick Courteix, secrétaire de l’Union locale CGT de Haute-Corrèze, en prend acte. Néanmoins, une rencontre avait lieu vendredi avec C. Arfeuillère, au sujet du centre hospitalier notamment. Patrick Courteix informe que le  maire d’Ussel veut «une convergence des luttes» pour le centre hospitalier, «qu’il faut faire bloc pour maintenir l’établissement». Dans ce cadre, le président du C.S. a demandé à ce que les représentants des personnels soient invités à chaque réunion de l’ARS concernant l’avenir et la situation de l’établissement. Marcelle Leroy confirme «l’avancée» car ils sont effectivement conviés à une prochaine et proche réunion.
A suivre...

* Le système de tarification à l’activité est basé sur le nombre et le type d’actes médicaux réalisés. Les actes sont codifiés et tarifés informatiquement. Plus l’établissement réalise d’actes qui coûtent plus chers - notamment ce qui est chirurgical - plus l’établissement a de rentrées financières, ce qui explique les difficultés des petits hôpitaux.