Fil info
13:56C'est la rentrée politique.Une belle délégation des militants .Un esprit de rassemblement et d… https://t.co/baIBgDXr7F
13:21Comme disaient les grands-mères : le plus intelligent des deux cède. Bravo pour la responsabilité dont font part le… https://t.co/ckdCzVz65Z
13:18RT : 📢 ALERTE. Après la presse entravée, trois observateurs de interpellés à Bayonne, en marge de la manifestati… https://t.co/0D4k3uT6z2
13:18RT : Totalement solidaire avec ces interpellés. Inacceptable provocation des Autorités avec arrestations et poursuites a… https://t.co/warnhIIVk8
13:17RT : Manifestation anti G7 à Bayonne : des intimidations inacceptables - Ligue des droits de l’Homme https://t.co/4aboYIzDwR
13:16RT : Délit d'intention. C'est nouveau ça, ça vient de sortir. Et c'est en France ! Y'a du boulot ! https://t.co/X9COTU7MiN
10:26Agonac : Injustement vilipendé, il se fâche et c'est l'effet boomerang -> https://t.co/FWDYwAe2r0
08:17Lalinde : Vous êtes attendus à la 3e de Lire en bastides ce dimanche ! -> https://t.co/mnuRfjIoWG
06:08Bergerac : La tête dans les nuages, jusqu’à Périgueux -> https://t.co/P9SuhsLNqG
19:39Dordogne : La Région fait état des travaux réalisés dans les lycées cet été -> https://t.co/IZrXIN6pIf
15:11RT : A dérouler pour ne pas oublier qu'il y a des "journalistes" (qui servent plus la soupe qu'autre chose....) et des… https://t.co/sjW76fq6yX

L’entreprise Mecafor ciblée ?

Fait Divers

Un incendie a détruit dans la nuit du dimanche 23 au lundi 24 décembre 700 m2 de bâtiment de l’entreprise forestière Mecafor implantée sur la zone de l’Empereur à Ussel. Un mail de revendication envoyé la nuit même au journal Le Populaire du centre confirmerait une piste criminelle aux  divagues motivations environnementales.
Un violent incendie a entièrement détruit un entrepôt de l’entreprise Mecafor dans la nuit de dimanche à lundi, veille de Noël. Plusieurs gros engins  de cette entreprise spécialisée dans les travaux forestiers sont partis en fumée tout comme la structure de cet atelier de maintenance de mécanique.
Une trentaine de sapeurs-pompiers venus des centres d’Ussel, Saint-Angel, Meymac, Egletons et Tulle ont combattu les flammes pendant une grande partie de la nuit. Des inscriptions retrouvées sur des murs ont vite orienté les enquêteurs vers une piste criminelle. Ces inscriptions faites à  la bombe de peinture sur un bâtiment indiquaient «A quoi rêve la forêt cet hiver?» et «Ni usine, ni coupe rase, la forêt : l’extase». Le parquet de Tulle a rapidement confirmé lundi que trois départs de feu étaient bien à l’origine du sinistre et que  «la piste criminelle est envisagée comme toutes les  autres pistes».   Elle doit être même privilégiée par les enquêteurs. En effet comme le révèle le Groupe Centre France,  un mail de revendication a été envoyé à 3h42 du matin, lundi, au Journal Le Populaire du Centre à Limoges. Le texte du mail publié en ligne par le Groupe Centre France est celui-ci : «Ni usine ni coupe rase / La forêt / L’extase Coupe rase / La tristesse du paysage s’ouvre comme la gueule d’un mort / Une calme agonie / Sais tu ce que rumine la forêt cet hiver ? Les arbres / Ils sont arrachés /  La terre part / Le sol meurt / Et sur les cendres des machines brûlées  cette nuit pousse la forêt / C’est le printemps Farce doit rester à la justice / Force aux gilets jaunes / Fist à nos culs / Fustes aux forêts CFBL dégage /  SOMIVAL dégage / CIBV dégage / UNISYLVA dégage / Macron dégage / Fuck Google».
Ce texte fourre-tout mi-poétique, mi-politique, qui reprend une partie des inscriptions taguées pendant la nuit, fait entre autres référence au projet controversé d’usine de production de pellets torréfiés à Bugeat-Viam sur le site de l’ancienne gare Bois.   
La société SOMIVAL a porté ce projet de création de l’entreprise CIBV (Carbon Ingen’r Bugeat Viam), toutes deux citées dans le texte de revendication.
Pour rappel, le préfet de la Corrèze Bertrand Gaume avait signé le 30 mars dernier un arrêté* d’autorisation ouvrant à la création d’une unité de  fabrication de pellets torréfiés sur la zone de Bugeat-Viam.
Unisylva est une coopérative forestière implantée à Limoges. Quant à CFBL (Coopérative Forestière Bourgogne Limousin ), c’est la coopérative  maison mère de Mecafor, ciblée par le ou les incendiaires.
Le préjudice financier de l’incendie serait très important pour l’entreprise Mecaflor, de l’ordre de quatre millions d’euros selon Eric Paillot, son co-gérant. Cette entreprise emploie une quarantaine de salariés répartis dans le Limousin, l’Auvergne et la Bourgogne. Son siège social est implanté à Ussel et sur ces dix salariés, cinq étaient en poste à l’atelier de maintenance parti en fumée ce week-end.
La direction s’est engagée à tout faire pour éviter le chômage technique à ses salariés d’ici la reprise prévue le 2 janvier prochain.  

*L’arrêté précisait les volumes et la nature des bois qui serviront à la fabrication de 45.000T de pellets torréfiés, soit 106.00T/an de bois dont 57.000T de broyats forestiers de souches et de rémanents, 44.000T de plaquettes forestières et 5.000T d’arrachage d’arboriculture. 7.000T/an de broyats de classe A serviront de combustible à la chaudière biomasse.

Air Huarache Run Ultra BR