Fil info
11:51RT : Un terrible orage de grêle le 8 mai a mis l’avenir de Raulhac en péril. La totalité de la récolte 2018 et probablem… https://t.co/e8BgivOY02
19:59 Bonjour, nous avons besoin d'aide pour pour faire perdurer notre activité agricole et jeunesse en… https://t.co/NPgbuZnDLm
19:54Périgueux : Festival Mimos : les apparences tirent le jeu | L'Echo https://t.co/g54y0Fn9iA via
17:42Sarlat-la-Canéda : Une carte de fidélité pour gagner des clients -> https://t.co/MdoHAav653
17:40Périgueux : Festival Mimos : les apparences tirent le jeu -> https://t.co/EjKrGjFVOk
17:39Château-l'Évêque : Fusion : le manque d’informations pointé du doigt -> https://t.co/ZMYE5pKqY6

La version numérisée du film "Knock ou le triomphe de la médecine" remise à Sophie Dessus

Cinéma

Uzerche et son passé cinématographique: ça vous gratouille ou ça vous chatouille...?
Épilogue d'une aventure culturelle et juridique de plus de 5 ans, la version numérisée du film de René Hervil «Knock ou le triomphe de la médecine» (1925), en très grande partie tourné à Uzerche, a été remise à Sophie Dessus, maire de la ville.
C'est Alain Besse, responsable Secteur Diffusion de la CST (Commission Supérieure Technique de l'image et du son, qui intervient notamment au Festival de Cannes) en personne qui a remis à Sophie Dessus et Jean-Paul Grador, premier adjoint, la copie numérisée du film « Knock ou le triomphe de la médecine » de 1925 tourné à Uzerche.
L'histoire débute en 2010, où, un peu par hasard, Alain Besse parle à Sophie Dessus d'une version du film Knock qui aurait été tourné à Uzerche. À peine l'existence de ce film évoquée, une équipe de passionnés, à laquelle participe également Marc Wilmart — président de la Cinémathèque du Limousin, se forme et met tout en œuvre pour en récupérer une copie : début 2011, la Cinémathèque Française accepte de mettre à disposition de la ville d'Uzerche les bobines de film le temps d'un week-end où les Uzerchois découvrent sur l'écran du cinéma municipal Louis Jouvet, La Perle du Limousin telle qu'elle était dans les années 20, ainsi que les habitants de l'époque dans les rôles de figurants. Au-delà de l'intérêt du film en lui-même, les très nombreux plans en extérieur sont un véritable trésor historique qui s'offre aux spectateurs.
À l'issue de la projection et face à l'enthousiasme général, la municipalité décide donc d'en obtenir une copie à des fins d'archives. Mais tout trésor a un prix. Et celui du trésor uzerchois en sera la complexité administrative : en effet, l'œuvre précieusement conservée aux archives du Centre National du Cinéma fait l'objet d'un très complexe imbroglio juridique autour de ses droits, qui nécessitera de nombreuses interventions de la part d'Alain Besse pour l'aspect technique de la numérisation et d'un avocat spécialisé en droit de la propriété intellectuelle pour le côté juridique ; l'aspect administratif étant lui géré par les élus et le personnel de la commune.
C'est donc après cinq ans de bataille et de ténacité, et de nombreux rebondissements, que les Uzerchois sont à nouveau en mesure d'apprécier l'œuvre cinématographique de 1925 tournée au cœur de leur cité. Il se murmure par ailleurs qu'une manifestation spéciale autour de l'événement pourrait être organisée dès l'automne prochain…

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.