Fil info
21:53Ribérac : La Rib’Car fédère les jeunes d’Arnaut Daniel -> https://t.co/dZ90qx6WCc
20:09France : Dans Tulle à vélo on dépasse ses habitudes -> https://t.co/6pg1hWXttj
19:26Vendoeuvres : Une journée en hommage à Pascal Bilaine -> https://t.co/68RzeZHFM3
19:25Indre : Les pompiers à l'honneur pour leur bravoure et leur dévouement -> https://t.co/XjWRTgEJ0U
19:14Dordogne : Christophe Dabitch lauréat du 10e prix Augiéras -> https://t.co/qgZArhjWoA
19:12Marsac-sur-l'Isle : Le CDG élargit les locaux et les missions -> https://t.co/DFPf3oJUlZ
18:20Sarlat-la-Canéda : Une formation mobilité, déplacement et entretien -> https://t.co/EvAb69tAb2

La culture à énergie positive

Culture

L’auditorium Sophie Dessus prend corps à mesure des travaux. Le lieu s’inscrit dans l’intelligence : bâtiment à energies positives, concertation d’experts, modernité.

«Notre volonté est de faire de l’Auditorium Sophie Dessus un pôle culturel d’exception en milieu rural» note Jean-Paul Grador, dans sa présentation du projet. Et l’ouvrage, en cours de construction, apparaît déjà comme tel. Il y a même une certaine ferveur à l’inscrire dans la perfection : respect de l’architecture industrielle, réflexion environnementale globale ; de ses performances énergétiques à son inclusion paysagère ;  consultation d’experts de tous bords.
Lors de la récente visite de chantier de vendredi dernier, Nicolas Granelet, musicien-compositeur du trio Zadza, remarque que «Tout fait sens» et ajoute « Il y a une vraie écoute des suggestions faites par les artistes associés». Séverine Garde-Massias du Théâtre du Fil d’apprécier que «Tous les arts aient été conviés à cette réflexion initiale».
En cette étape de construction, le gradinage, qui accueillera quelque 320 spectateurs, est maintenant  façonné ; la régie technique avancée et agrandie, suite aux remarques de Fred Lomey, producteur chez Melodyn ; le fond de scène, totalement vitré, ouvert sur les rives arborées de la Vézère. Il sera «muni d’un système motorisé sur sa partie triangulaire» projette Gilles Estrade, directeur des services techniques de la Ville d’Uzerche.
Thierry Delaurent, directeur du bureau d’études Ingépole, décrit aux visiteurs le devenir des anciens bassins à papier, remaniés en un réseau aquatique alimentés par les eaux de pluie. Une passerelle en bois surplombant cette installation reliera l’espace mémoire à la billetterie de l’auditorium et à la salle multifonctionnelle où les festivités communales comme familiales auront lieu. Elle sera évidemment équipée d’un office de préparation de repas et d’un espace bar permettant des usages divers. Une terrasse en bois longera sa façade rivière ; une manière de préserver un lien symbolique avec le moulin, fonction première du bâtiment.
L’acoustique a été intégralement traitée et nullement cantonnée à la salle de spectacles. La cursive reliant la billetterie à la salle polyvalente a fait l’objet d’un même souci de qualité sonore.
L’endroit est doté d’un espace technique où seront rassemblés les appareils bruyants tel que la pompe à chaleur. Elle permettra de maintenir une température constante tout au long de l’année. Le versant sud de la toiture sera doté de 500 m2 de panneau photovoltaïque à l’instar du bâtiment Atelier. Une démarche en cohérence avec le label «Petite ville durable» qu’Uzerche a obtenu à force d’initiatives dans ce sens. «La consommation énergétique équivaut à celle d’une population de 2.000 habitants alors que le bourg en compte 3.000» indique Jean-Paul Grador. Et l’ambition d’avancer encore sur les questions de transition énergétique se confirme avec le projet d’installer en zone industrielle,  une ferme photovoltaïque de trois hectares de panneaux.
La réhabilitation de l’ensemble de la papeterie misant sur l’espoir de voir la population d’Uzerche se régénérer, la recherche de l’équilibre de  production énergétique est forcément devancée.
La visite de chantier réunissait les neuf artistes associés à l’émergence de ce futur pôle culturel. Chacun d’apprécier l’avancée des travaux et de travailler à la semaine d’inauguration prévue en janvier 2019. L’avenir dira si le pari de l’investissement culturel était le bon.

Sabine Parisot

Nike Air Max 720