Fil info
00:39le mouvement de la paix 19 soutient ; participez à la souscription https://t.co/DN1ipfEcB3
23:30 Le sociologue de la de à jeudi 24 oct à l'invitation du et de… https://t.co/6ADygJ1kE6
23:23Périgueux : Le sociologue de la famille François de Singly en réunion publique -> https://t.co/cTxdajcmVp
20:42Bergerac : Fin de contrats, chômage partiel... Eurenco serait-elle en sursis ? | L'Echo https://t.co/LEiCcanePU via
19:45Périgueux : Alternatives aux pesticides : colloque national à Périgueux | L'Echo https://t.co/rkUd8QXRlI via
19:34RT : La direction de La Poste a décidé de réduire de 27 heures semaine à 15 heures semaine les horaires du bureau de Pos… https://t.co/ymIPzzfA8P
19:19Pommiers : Le Team Bethenet affiche sa belle santé -> https://t.co/NnoZb2hckN
19:17Gargilesse-Dampierre : Les généreux projets de l’asso « Pour Kungur » -> https://t.co/HLgr8WLOAf
19:16France : Des vestiges gallo-romains presque partout dans le secteur -> https://t.co/lB4icSu42A
19:15Châteauroux : La coopération plus que jamais -> https://t.co/blgUq2bqnV
19:13Indre : Le triporteur de Télématin sur la piste des produits berrichons -> https://t.co/0ZSBglvjfE
18:44Sainte-Croix-de-Mareuil : Omya : licenciements et débrayage -> https://t.co/LNPKGwkeYW
18:39Domme : Objectif à minima pour service de santé à bout de souffle -> https://t.co/FzyafHsisf
18:32Marsac-sur-l'Isle : Samedi, on se jette sur les savons pour aider à contrer les accidents de la vie -> https://t.co/fH1N7BoEDD
18:27Périgueux : Un meurtrier pouvant se contrer -> https://t.co/rwnW7nkbnZ
17:53RT : [senat] les pétitions de principe, les condamnations verbales ne suffiront pas à arrêter le pouvoir de qui… https://t.co/SSlHe9a36F
17:46RT : Si votre politique est si "bonne" monsieur le Premier ministre, pourquoi la France exprime t'elle autant de souffra… https://t.co/mst2HyiRBQ
16:52Terrasson-Lavilledieu : Réunion suivie sur l’intérim -> https://t.co/JuDW5G0x7H
13:38 1 colloque à pour défendre le purin d’ortie, le petit lait, Les décoctions… https://t.co/7y4icDzemg
13:21Quinsac : Alternatives aux pesticides : colloque national à Périgueux -> https://t.co/tNHZRQdq2C
13:01La direction de La Poste a décidé de réduire de 27 heures semaine à 15 heures semaine les horaires du bureau de Pos… https://t.co/ymIPzzfA8P
12:35Bergerac : Fin de contrats, chômage partiel... Eurenco serait-elle en sursis ? -> https://t.co/OCVzdyUVmL
12:30Saint-Pierre-d'Eyraud : La fête de Pradelou laissera des souvenirs impérissables -> https://t.co/va3qY4jm2N
12:14 candidate au label « TERRE DE JEUX 2024 », lancée par Paris 2024 dans le but d’engager tous les terri… https://t.co/GN68hxoAeC
11:48RT : 2020 En termes de postes, on en reste au vieux principe d’habiller Pierre (+ 440 postes dans le primaire… https://t.co/kfVI7CihaZ
11:46RT : La concurrence dans le rail se traduira par une hausse des prix et une baisse de la sécurité. Angleterre, Allemagne… https://t.co/Fr9PDCh7t7
08:27 Ah, ce n'est pas la bonne photo
08:18C'est dingue les photos d'à peine 2 ans et qui montrent une ambiance disparu au complet.. Ligne, train, personnels.… https://t.co/MnZqZUl2K0
07:40 Intéressant de voir le monde entier s'insurger et de comprendre qu'il ne s'agit pas de couleur ou de… https://t.co/J1cYOO5cUk
07:34 Pour le candidat à la mairie de le rival "… https://t.co/RVqCqaYPYg
07:33# # - -Vienne : Le Secours Populaire, solidaire et inconditionnel -> https://t.co/qmX8OBxmxY
07:31# # - -Vienne : «Communication à distance et mail art système», une conférence de Rémy Pénard -> https://t.co/gI5PzpDKA6
07:30# # - -Vienne : Faire de l’emploi un droit sur le territoire -> https://t.co/mhcGpnpWys
07:28France : Le savoir-faire de la boucherie limousine reconnue à l’unanimité -> https://t.co/hjGGa7Kgz5
07:26Région : Des cheminots «méprisés» à tort -> https://t.co/DQn4cV2AgQ
07:21Périgueux : Frédéric Gojard (RN) gère le calendrier -> https://t.co/duEb8Oq3Td

Du souffle dans la fraternité

Migrants

Samedi dernier dans la salle polyvalente d’Uzerche, une émouvante et révivifiante fête a réuni des bénévoles de l’association Vents d’Ailleurs, des migrants et des citoyens pour partager joies et espoirs autour d’un même sentiment d’humanité : l’accueil.
Les  Vents d’Ailleurs ont soufflé de Calais à Uzerche au début de l’année 2016.
Ils avaient quitté la «jungle» de Calais vers d’autres destinations plus accueillantes. Des familles de migrants afghane, syrienne, albanaise... sont arrivées  un jour à Uzerche, la perle du Limousin comme ultime phare.
Elles ont été prises en charge par le Centre d’Accueil et d’Orientation (CAO)  géré par l’association le Roc, avant que se mette en place fin 2017  un CADA (Centre d’Accueil de Demandeurs d’Asile). Ils étaient au nombre de neuf personnes, dont un bébé de quelques mois seulement, accueillis début 2016 dans l’urgence, au Moulin de la Minoterie. Pas de vents contraires ou vent mauvais, mais un élan de solidarité s’est organisé autour des ces familles,  personnes isolées.
Il fallait prendre langue commune et les énergies se sont structurées autour de l’apprentissage de la langue française. Le reste a suivi.
Presque deux ans ont passé, des familles se sont installées, ont été régularisées, d’autres ont vu leur demande rejetée ou sont toujours dans  l’attente d’un recours.
Ainsi vont les vents Dans la salle polyvalente, c’est un concentré de ces histoires d’hommes, de femmes, d’enfants qui ont convergé en un chaud creuset d’humanité le temps suspendu de la fête et du partage.  
Pour la deuxième année consécutive, les membres de l’association Vents d’Ailleurs,   des demandeurs d’asile, des réfugiés accueillis à Uzerche et des citoyens ont démontré qu’on pouvait vivre ensemble, que les cultures ne sont pas faites pour s’exclure mais se compléter, se comprendre, se parler, s’entraider.
Catherine Mournetas, présidente de l’association a parlé des différents aspects de «cette  véritable aventure humaine. Nous essayons d’aider à l’insertion des personnes en CADA en attente pendant plusieurs années de leurs régularisations. Il y a des choses qui se passent. Il y a des liens qui se créent. On ne porte pas de jugement, on apporte un peu de chaleur».
Habib, un jeune réfugié afghan, a pris ensuite la parole : «Nous n’avons pas souhaité devenir des migrants. Il était impossible de rester dans notre pays. Je ne vous dirais pas pourquoi car cela vous ferait pleurer. Nous voulons la paix universelle et plus de frontières. J’ai fait un rêve de paix, de liberté, d’égalité et de fraternité. Et nous y croyons» a t-il dit ému devant un parterre tout autant touché.
Habib est en attente de régularisation de son dossier. Il a déjà essuyé un premier refus de l’OFPRA (Office français de protection des réfugiés et apatrides) et fait appel de cette décision devant le CNDA (Cour nationale du droit d'asile). Cela fait 26 mois maintenant qu’il vit  dans l’incertitude du   lendemain : «Je suis là sans rien. Je ne peux rien faire. Je n’ai pas le droit de travailler. On reste dans notre coin à attendre. La situation est difficile  mais on n’a pas le choix. On ne peut pas partir» explique Habib. Il est pour lui inimaginable de revenir dans son pays.
«Aimer, aimer, aimer, il faut vivre pour aimer, il faut vivre pour aimer» a chanté une chorale d’enfants dirigé par un membre de l’Ensemble Vocal Gaucelm Faidit.
Un concert de flûtes avait ouvert le bal.  Au pied de la scène et sur la rambarde montant à l’étage des sacs en papier kraft étaient  fleuris de slogans : «Raconte moi qui tu es» ; «Droit de rêve pour tous» ; «Rencontrer l’autre, c’est toujours apprendre»...
Ces réalisations sont l’œuvre d’un travail de Fabienne Yvert,  artiste plasticienne. Elle a animé trois  ateliers d’écriture avec un groupe de personnes dont des migrants : «Le but est qu’ils s’expriment, disent des choses qu’on ne voit  pas, n’entend pas habituellement, que ces paroles soient visibles de tout le monde» précise l’artiste.
Sur la scène, place à la danse et à un spectacle incroyable. Une musique entraînante donne le tempo. Chaher Alkurdi rentre sur scène harnaché de deux automates qu’il fait danser à l’unisson de ces gestes. L’effet est saisissant de poésie et de drôlerie : «La danse s’appelle Dapka. En Syrie, elle ne se danse pas seule. C’est pourquoi j’ai construit ces automates» explique cet ancien patron d’usine, originaire de la région d’Olms. Lui et sa famille ont reçu un titre de séjour de 10 ans.  
Chaher Alkurdi est maintenant membre du groupe folklorique des Amis de Beyssac. Ainsi vont les pas qui dansent.
Avant le bal trad’ final, le buffet avait les saveurs de Vents d’ailleurs. Santika macédoine, sabzi afghane, gâteaux du Kosovo... ont régalé les palais au delà des frontières.

Serge Hulpusch

Nike Air Flight Huarache