Fil info
18:52La fabrique d’un journal. Imprimerie Rivet. Éditeur de . Colère aussi de savoir que l’, après… https://t.co/UrC2sD3iXM
14:19 Formidable 👍
13:42Le surnom de "Poupou" lui a été donné par un journaliste du quotidien communiste du Centre, di… https://t.co/iG6trKRIOz

Projet d'usine à Pellets de Bugeat-Viam : Un NON unanime des associations environnementales

Montagne Limousine

Sept associations environnementales* déposent ce vendredi 15 décembre une contribution commune à l'enquête publique ouverte sur le projet d'installation industrielle de production de pellets torréfiés à Bugeat-Viam.

Elles rappellent que si ce projet est soumis à enquête publique et à étude d'impact, c'est qu'il peut avoir, de par sa nature, «des effets très importants sur l'environnement. En ce sens le débat démocratique autour de ce projet se doit d'être sincère et transparent. Les récentes déclarations du Président du Conseil Départemental de la Corrèze visant à caricaturer toute position contre ce projet sont à ce titre très choquantes et politiquement incompréhensibles [NDLR : chez nos confrères de France Bleu, ce jeudi, Pascal Coste, qui a relevé que le projet offre «une vraie opportunité de créer quarante emplois», voit dans les opposants «l’atterrissage des zadistes de Notre Dame des Landes qui ont fini un combat et qui en entament un autre»].

"intérêt général avant intérêt économique"

Pour les associations signataires, «le dossier présenté au public est inacceptable en l'état et ne permet pas de mesurer les impacts d’un tel projet sur l’environnement. Il ignore en grande partie les effets directs et indirects de cette installation sur la ressource et la disponibilité en bois mais également l'environnement humain et la biodiversité forestière présente au coeur du PNR de Millevaches. La contribution commune associative développe les points les plus caricaturaux de l’insuffisance de l'étude d'impact produite ; insuffisance d’autant plus affligeante que nos associations travaillent régulièrement sur ce type de dossier avec les institutions et les maître d’ouvrage et que le présent dossier ne répond en rien aux éléments demandés pour un tel projet (mesure ERC, inventaire, etc.)»
Elles appellent le commissaire enquêteur et le Préfet «à faire preuve d'une très grande impartialité dans ce dossier, et à faire passer l'intérêt général de la protection des populations locales, des écosystèmes et du développement durable de la Montagne limousine avant les intérêts économiques industriels court-termistes de sociétés prédatrices des ressources naturelles communes. Il ne s'agit pas d'opposer développement social et protection de l'environnement, mais de proposer à ce territoire fragile des projets à la hauteur de ses enjeux humains et écologiques. Le projet présenté n'en est pas un», conclut le collectif.

L'enquête publique se termine ce vendredi.

(*) Associations signataires : Association « Non à la montagne-pellets », Nature sur un Plateau, Source et Rivière du Limousin, Corrèze Environnement, Limousin Nature Environnement, Groupe Mammalogique et Herpétologique du Limousin, Société pour l’Étude et la Protection des Oiseaux en Limousin.

Air Max 90 LTHR Suede

Commentaires

il serait temps de mettre fin à cette polémique qui met en exergue
d'une part: les autochtones qui unanimement demande la mise en oeuvre de cette usine sous les conditions d'un cahier des charges bien définis(bruits ,nuisances.etc ).
de l'autre : des personnes contestataires dont on ne connait ni l'origine ni pourquoi ils sont là qui font du harcèlement "je pèse mes mots" en toutes circonstances comme une machine bien huilée .

les contre qui refusent l'usine doivent au moins respecter l'avis des gens issus du plateau et non les rabaissés .

Tout à fait d'accord ! De quel droit des gens qui n'ont pas vingt générations au cimetière se permettent-ils d'exprimer une opinion quelconque ? Et puis qui sont-ils ces jeunes qui viennent habiter chez nous et revivifier notre pays ? Un peu de décence, nom de Dieu ! Laissez-nous donc mourir en paix ! Des gauchistes, des anarchistes, voilà tout ce qu'ils sont ! Comment peut-on aimer un pays où l'on n'est pas né ? Quarante emplois temporaires contre la destruction des écosystêmes... comment peut-on refuser une telle affaire ?