Fil info
19:59 Bonjour, nous avons besoin d'aide pour pour faire perdurer notre activité agricole et jeunesse en… https://t.co/NPgbuZnDLm
19:54Périgueux : Festival Mimos : les apparences tirent le jeu | L'Echo https://t.co/g54y0Fn9iA via
17:42Sarlat-la-Canéda : Une carte de fidélité pour gagner des clients -> https://t.co/MdoHAav653
17:40Périgueux : Festival Mimos : les apparences tirent le jeu -> https://t.co/EjKrGjFVOk
17:39Château-l'Évêque : Fusion : le manque d’informations pointé du doigt -> https://t.co/ZMYE5pKqY6
11:07Bergerac : Un nouveau souffle au sein de l’union locale CGT -> https://t.co/0EnwmjpZeC

Etang des Landes : nettoyer pour préserver

Pêche

La vidange de l’étang des Landes se termine demain. Depuis trois semaines, pêche au filet et tri des poissons ont animé les journées d’agents et de bénévoles. Un travail nécessaire pour conserver une qualité d’eau compatible avec les espèces que les acteurs souhaitent préserver.

Le travail a débuté le 20 octobre. Quatre agents de l’étang des Landes réalisent chaque jour une pêche au filet suivie d’un tri des poissons dans un étang asséché. Ce dernier regorge des gardons, tanches et autres brochets, espèces dites nobles. D’autres plus nuisibles les accompagnent au fond, à l’image du poisson-chat ou de la perche soleil. Tous les deux ans, un travail est nécessaire pour une préservation des espèces (de poissons mais aussi d’oiseaux) ainsi que de la qualité de l’eau. Les deux causes sont étroitement liées.

Le poisson chat utilise toutes les ressources de l’étang des Landes au détriment des espèces. Les invertébrés aquatiques, par exemple, sont destinés à être mangés par les poissons avant de devenir eux-mêmes la nourriture d’oiseaux tels que le héron pourpré, l’aigrette garzette, le martin pêcheur ou le balbuzard pêcheur. Seulement, le poisson chat se nourrit abondamment de ces invertébrés aquatiques, cassant la chaîne alimentaire et l’équilibre de vie sur le site.

Par leurs caractéristiques, leurs déplacements, les poissons-chats font aussi des dégâts : «Ce sont des poissons de fond. Ils contribuent à troubler l’eau et entraînent des problèmes d’eutrophisation notamment» explique Sébastien Bur, conservateur de l’étang des Landes. Ils favorisent indirectement le développement de cyanobactéries, cauchemar de l’étang avant la vidange de 2012. Or, «Le poisson a une capacité de reproduction bien supérieure lorsque l’eau est de qualité» estime le conservateur. 

Il faut donc nettoyer l’étang, «réguler la biomasse pour conserver une qualité de l’eau compatible avec les espèces que l’on souhaite préserver à savoir le gardon, la tanche et le brochet» affirme Sébastien Bur.

30 tonnes de poissons étaient à trier pendant la vidange. En début de semaine, les 2/3 avaient été prélevés. 10 tonnes de poissons-chats et 10 tonnes de poissons nobles (8 tonnes de gardons, 2 de tanches et 300 kg de perches et brochets). Une partie des poissons nobles seront revendus à des pisciculteurs pour rajeunir les milieux. Parallèlement, les agents procéderont à un rempoissonnement maîtrisé de ces espèces. 1,5  tonne de gardons, 500 kilos de tanches et 200 à 300 kilos de brochets seront ajoutés. Les poissons-chats, eux, sont destinés à l’équarrissage, l’incinération. Ces différentes étapes permettront  aux poissons comme aux espèces piscivores de mieux vivre. En somme, de retrouver un équilibre. Cela marche plutôt bien. 

En 2012, 49 tonnes de poissons avaient été pêchées dont 42 de poissons-chats !  Aujourd’hui, la tendance est à un partage entre espèces nuisibles et nobles. De même, après la première vidange, la transparence de l’eau de l’étang atteignait 1,90 mètre, soit la profondeur maximale du plan d’eau. Enfin, les cyanobactéries, omniprésentes avant la vidange de 2012, étaient particulièrement décimées après le nettoyage. 

«Avec la vidange, on repart sur des bases extrêmement intéressantes» assure Sébastien Bur. Le travail n’est jamais terminé. Une nouvelle vidange devrait être menée d’ici deux ou trois ans. Si une grande partie des poissons-chats a été éliminée, il en reste assez pour perturber l’équilibre selon le conservateur : «Il suffit de quelques géniteurs pour que ça se remplisse à nouveau».  

Les agents ont cette année été aidés par quelques bénévoles, une classe du lycée d’Ahun ainsi que par des pisciculteurs qui ont apporté des conseils techniques aux agents.


Le Conseil général, gestionnaire du site

Plus vaste étang du Limousin, l’Etat a confié la gestion de l’étang des Landes au Conseil général en 1995. Pour la période 2014-2018, un nouveau plan de gestion a été élaboré.

Il planifie notamment les actions à mener afin de conserver la biodiversité. Avec la vidange entreprise cet automne, le Conseil général réalisera des travaux de génie écologique, comme le débroussaillage, la fauche, le retour du pâturage... Parallèlement, un suivi scientifique est mené afin d’améliorer les connaissances sur le patrimoine naturel.

Le site est classé depuis 2004 réserve naturelle nationale en raison de la très grande richesse de sa faune et de sa flore. Plus de 480 espèces végétales (dont 57 espèces remarquables car très rares) et 950 espèces animales (dont 240 espèces d’oiseaux) sont présentes à l’Etang des Landes.

Commentaires

Effectivement vers chez moi ils font également le nettoyage de l’étang j'ai vu que cette année ils utilisaient un aspirateur professionnel (https://aspirateurpro.com) pour mieux nettoyer est apparemment ça marche.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.