Soumis par Rédaction régionale le mer, 24/01/2018 - 22:03
© Droits réservés

Fin décembre, en Nouvelle-Aquitaine, le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A s’établissait à 293 370. Ce nombre est stable sur trois mois, diminue de 0,3 % sur un mois et de 0,5 % sur un an. En France métropolitaine, ce nombre baisse de 0,7 % sur trois mois, de 0,1 % sur un mois et de 0,5% sur un an.
Dans la grande région, le nombre de demandeurs d’emploi  en catégories A, B, C), était de 514 300 fin décembre, soit une augmentation de 0,6 % sur trois mois (+ 2 850 personnes), de 0,2 % sur un mois et de 3,7 % sur un an.
En Corrèze, les catégories A ont progressé de 0,4% sur un mois. Si l’on considère les chômeurs ayant ou non exercé une activité dans le mois, la hausse est de 0,6% sur un mois et de 0,3% sur trois mois.
Dans le département de la  Haute-Vienne, les chiffres de pôle emploi  font apparaître une très relative baisse pour les catégories A par rapport au mois de novembre (-0,8%) mais une hausse sur trois mois (+0,3%). Concernant l’ensemble constitué par les catégories A, B et C, le nombre de demandeurs d’emploi était de 28 650 fin décembre, soit une hausse de 0,6% sur trois mois et une baisse de 0,3% sur un mois. Sur un an, les catégories A, B et C ont progressé de 1,2%.
En Creuse, la catégorie A a baissé de 0,6% sur un mois mais, sur un an, elle progresse de 2,2%. Les catégories A, B et C étaient 8 670 à la fin de l’année, ce qui représente une baisse sur un mois (-0,5%), sur trois mois (-0,1%) mais, là encore, une hausse à l’échelle de l’année (+3,2%).
En Dordogne, la baisse des demandeurs d’emploi en catégorie A est de 0,8% sur trois mois, de 1,7% sur un mois et de 0,5% sur un an. Concernant les catégories A, B et C, la baisse constatée est de 0,1% sur trois mois (soit 40 personnes en moins), de 0,4% sur un mois. Sur une année, on constate une hausse de 2%.
Après la dégradation établie par les statistiques de l’Insee en Nouvelle-Aquitaine au 3e trimestre 2017, la dernière livraison des chiffres mensuels de l’année ne fait pas apparaître de réelle embellie sur le front de l’emploi, marqué par une précarisation rampante.