Soumis par Rédaction régionale le jeu, 12/04/2018 - 21:53

J’ai honte pour La Poste
de Jean-Yves SĂ©gard, facteur Ă  Verneuil-sur-Vienne (87)

Facteur depuis 35 ans, j’ai connu bien des bouleversements, bien des changements durant ma carrière, des PTT du début des années 80 à la société anonyme La Poste d’aujourd’hui.
Animé par un attachement aux valeurs de service public, j’ai combattu beaucoup de ces changements, mais je n’ai jamais été partisan d’un illusoire «c’était mieux avant». La baisse du courrier liée au développement numérique qui s’est concrétisée ces 10 dernières années a conduit La Poste à réfléchir à de nouvelles activités pour les facteurs. Chacun en a entendu parler. Je ne partage pas tout de ces nouvelles orientations, loin s’en faut, mais je reconnais à l’entreprise La Poste le droit de prospecter, de chercher des solutions. Par contre, il me semble indispensable que La Poste ne franchisse pas la ligne rouge.
Or, la dernière campagne en cours, qui vise à l’aide à la télédéclaration des revenus en ligne me semble indigne des valeurs que La Poste se doit d’incarner. En effet, jouant sur la déclaration obligatoire par internet des revenus 2017 pour les revenus supérieurs à 15.000 euros, La Poste demande à ses facteurs de cibler les personnes qui rencontreraient des difficultés avec l’informatique et de leur proposer, en leur remettant un flyer, de les «aider à déclarer leurs revenus en ligne».
Le problème, c’est que ce service est payant: 39 € la prestation, et que le flyer, tel qu’il est conçu laisse croire que l’obligation de télé-déclarer s’applique à tous. La Poste ment par omission, car la loi prévoit pour les personnes rencontrant des difficultés avec l’informatique, la possibilité de déclarer leurs revenus sur support papier. Il suffit pour cela d’en faire la demande à son centre des impôts. On sait que ce sont les personnes âgées principalement qui vont être ciblées, on sait la confiance que souvent nos aînés témoignent à leur factrice ou facteur...
Pour moi, en droit, cela s’apparente à un abus de confiance. Je trouve cette campagne de La Poste indigne.
 

****

Poème
de Marco Pomièira Manzano

De quelle lune
nous aimerons-nous
si meurent les abeilles ?
En quel oasis
Ă©tancherons-nous nos soifs
si sèche le cœur de l’homme ?
En quelles contrées
libérerons-nous nos étreintes
si s’enchainent nos corps ?
Par quels souffles
respirerons-nous nos désirs
si de l’arbre ne reste que sciure ?
De quels nids
s’élèveront les chants solidaires
si se brisent les ailes des oiseaux ?
Vers quels espoirs
Sèmerons-nous nos rêves
si restent Ă  quai nos solitudes ?