Fil info
20:21 Belle brochette de vainqueurs
18:35 Une délégation était reçue cet après midi à l'Elysée. S'ils ont pu apporter leur argumentaire les salariés... https://t.co/MmkW7ksHSk
18:29 les salariés sortent amers de la réunion à l'Elysée. Le président n'est pas venu et rien n'en est sorti. "C'es… https://t.co/g6WceuNFDs

Cyclisme

© Droits réservés

Alaphilippe tout près du maillot arc-en-ciel de Sagan

«Dans les cinq derniers kilomètres, j'ai pensé que c'était perdu », a reconnu le Slovaque. Mais Alaphilippe et son compagnon d'échappée, l'Italien Gianni Moscon, ont été...
© Droits réservés

Une couleur de maillot à trouve

Meilleur grimpeur, vainqueur de deux étapes, super-combatif et dixième du classement final. « J'ai réalisé un super Tour », estime à juste titre le Breton de l'équipe Sunweb, pour...
Rigoberto Uran (2e) et Romain Bardet (3e) encadrent Chris Froome. (AFP Photo/Jeff PACHOUD)

Froome puissance 4

Après le sprint gagné par le Néerlandais Dylan Groenewegen, au terme de la 21e étape, Romain Bardet a pris place pour la deuxième année consécutivement sur le podium. Mais les deux plus hautes...
40 + 40 = 80. En passant à Saint-Léonard-de-Noblat demain, lors de la 5e étape, le Tour rendra hommage à l'« Eternel second » qui y participa pour la dernière fois il y a 40 ans.

Le Tour de France, dit-il sans emphase, « c'est ma vie. Le jour où je ne ferai plus ça, c'est ma mort. Je ne viendrai pas sur le Tour avec des béquilles ».

Le Britannique Mark Cavendish s'est adjugé hier à Angers la 3e étape du Tour de France, d'un boyau devant l'Allemand André Greipel, pour signer son 28e succès dans la Grande Boucle.

Pour égaler Bernard Hinault au palmarès des vainqueurs d'étape, Cavendish s'est imposé de... 6 millièmes de seconde, selon les données de l'organisation. A peine un boyau mais un écart fatal à André Greipel, le champion d'Allemagne vainqueur à quatre reprises l'année passée.

TOUR DE FRANCE (2e étape) : Saint-Lo - Cherbourg-en-Contentin

Sagan, habitué au maillot vert à Paris (quatre fois), a devancé Julian Alaphilippe au terme d'un sprint en montée, près de l'hippodrome de Cherbourg.

Le Tour de France 2016 se donne trois favoris (Froome, Quintana, Contador) dans la Manche, département d'accueil de la 103e édition qui s'élance aujourd’hui du Mont-Saint-Michel pour vingt-et-une étapes d'un parcours souvent spectaculaire.

Du joyau de la Normandie au Mont Blanc, point de repère des quatre (!) dernières étapes dans les Alpes, la plus grande course du monde espère vivre une grande édition.

TOUR DE FRANCE : J-1

Troisième événement sportif planétaire en terme d'audiences (3 milliards de téléspectateurs cumulés) derrière les JO d'été et la Coupe du monde de foot, le Tour est unique : itinérant par nature, ses quelque 3.500 km de routes offrent « le plus grand stade du monde », selon l'un de ses historiens

Avant le Tour de France

L'un (Pinot) a gagné samedi l'étape-reine à Méribel, l'autre (Bardet) a pris dimanche la deuxième place du classement final derrière l'ogre britannique Chris Froome, vainqueur du Tour en 2015.

Habitué des podiums dans le Critérium du Dauphiné, le champion de Norvège Edvald Boasson Hagen s'est imposé au peloton, hier, à Belley (Ain), dans la 4e étape, à la veille de l'entrée en montagne.

Dans un sprint sinueux jugé en faux-plat montant, Boasson Hagen a devancé deux Français, Julian Alaphilippe et Nacer Bouhanni, qui n'ont pu le remonter en conclusion de cette étape-type de transition.

CYCLOSPORTIVE : La Limousine

Du groupe de quatre prétendants échappé depuis le 60e kilomètre, le plus malin, le plus rapide, le sociétaire du VS Chartrain, Romain Gioux, a su attendre le bon moment pour porter l’estocade, réglant au sprint le double vainqueur des précédentes éditions, Laurent Lévêque.

Mini Tour Creusois : 4e étape à Peyrat-la-Nonière

Chaud a été le temps, comme la lutte pour les maillots de leader dans les différents classements ! Seul, en benjamins, Romain Bréant (EC Ambazac), en l'absence de son principal rival, le Poitevin Rafaël Delhomme, a pu pratiquement s'assurer de conserver son maillot jusqu'au bout.

Avant de quitter le Giro, l'Allemand Andre Greipel, alias le Gorille de Rostock, s'est offert un troisième succès au sprint, hier, à Bibione, sur les bords de l'Adriatique.

Pour s'imposer en conclusion de ce qui s'est transformé en simple critérium, après la neutralisation du dernier tour de circuit, Greipel (33 ans) a recouru à toute son expérience face au jeune australien Caleb Ewan (21 ans), un néophyte du Giro.

Pages