Fil info
20:21 Belle brochette de vainqueurs
18:35 Une délégation était reçue cet après midi à l'Elysée. S'ils ont pu apporter leur argumentaire les salariés... https://t.co/MmkW7ksHSk
18:29 les salariés sortent amers de la réunion à l'Elysée. Le président n'est pas venu et rien n'en est sorti. "C'es… https://t.co/g6WceuNFDs

Rugby

Sarlat aurait mérité mieux. (Photo P. P.)

Un derby sans saveur

Un match qui ne restera pas dans les annales et qui s’est conclu sur malheureusement une blessure sérieuse de Carrière séché à l’épaule alors qu’il s’apprêtait à aplatir dans...
Trélissac veut aller à l’essai. (Photo Ch. E.)

Nouvelle victoire pour le SAT

Une rencontre, au parfum de derby, qui a tenu, tant dans l’intensité des engagements des formations que dans la « participation » du public, toutes ses promesses.Dès les premières...
Un geste que les supporteurs souhaitent voir ce soir. (AFP Photo/Sylvain THOMAS)

Le match de dernière chance?

Cette réception de Castres, le CAB la prépare depuis quinze jours, depuis sa défaite contre Toulouse. La sortie en terre héraultaise n’était au final qu’une parenthèse qui s’est...
Même à 14 contre 15 durant plus d'une heure contre Toulon, rien ne pouvait arrêter le Racing 92 sur le chemin d'un premier titre depuis 1990, au terme d'une finale exceptionnelle (29-21) à tous les niveaux, hier, au Camp Nou de Barcelone.

Aucun amateur de rugby n'oubliera cette soirée totalement folle, achevée en apothéose par un exploit majuscule du Racing dans un des temples du football mondial.

Top 14 (finale) : RC Toulon - Racing 92

Meilleure équipe d'Europe durant cinq ans, le RCT le doit en grande partie à son charismatique entraîneur Bernard Laporte, qui a redonné à la Rade une fierté évaporée depuis les années 90.

Le XV de France, privé de plusieurs joueurs majeurs et très inexpérimenté, n'est pas passé très loin de sa première victoire à l'extérieur de l'ère Guy Novès, s'inclinant de peu sur le terrain de l'Argentine (19-30), dimanche à Tucuman (nord).

L'enfer semblait être promis à ces Bleus vraiment bleus qui, sans les demi-finalistes du Top 14, comptaient sept bizuths dans leurs rangs au coup d'envoi et affichaient 4,3 s

TOP 14 : Après les demi-finales

Verra-t-on une passation de témoin entre ces deux clubs au destin parallèle, qui ont connu un douloureux déclin durant les années 1990, avant d'être redressés depuis une dizaine d'années par leurs propriétaires ?

Il n'y a pas eu de bonne surprise, le CA Brive Corrèze Limousin est revenu bredouille de son dernier déplacement.

Les coéquipiers de Saïd Hireche ont encaissé une lourde défaite (34-7) face à Bordeaux-Bègles sur la pelouse du stade Chaban-Delmas et devant 27.000 spectateurs.

Les joueurs brivistes, leurs dirigeants, leurs supporters sont sur le pied de guerre ; direction le stade Chaban-Delmas de Bordeaux. En avant,… marche.

Bordeaux : première et délicate escale dans cette dernière course contre vents et marées pour atteindre les rivages de la terre promise que représente cette précieuse septième place au classement final au bon goût européen...

Le CABCL s’est imposé facilement samedi au Stadium Amédée-Domenech face à des valeureux mais limités Grenoblois. Le bonus offensif en poche, les noir et blanc préparent au mieux leur déplacement à Bordeaux.

Il ne fallait pas arriver en retard samedi après-midi car le spectacle proposé fut aussi intense que le soleil estival qui tapait fort au dessus du  Stadium.

Le sprint final est maintenant là et bien là puisque les matchs vont désormais se succéder à fond la caisse sans la moindre petite coupure. Le verdict de la première phase du Top 14 sera rendu dans trois semaines.

Brive, qui espère terminer à la septième place, accueille Grenoble aujourd'hui à 15 heures. Ensuite, le CAB se rendra à Bordeaux-Bègles le 27 mai et en terminera avec la réception de la Section Paloise au Stadium le 4 juin.

Pour prouver qu'il a véritablement mûri, le Racing 92 va devoir se relever de sa défaite en finale de Coupe d'Europe face aux Saracens samedi. Et conquérir le titre, en championnat, contrairement à la saison dernière.

C'est le moment de montrer que le club francilien a mûri, que l'influence des expérimentées recrues comme Chris Masoe, Dan Carter ou Joe Rokocoko, louée ces derniers mois, est bien déterminante, et que le groupe est plus soudé.

Le Racing 92 tient enfin l'occasion de concrétiser dix ans de construction et d'investissements de son président Jacky Lorenzetti en remportant avec Dan Carter le premier trophée de sa période moderne, la Coupe d'Europe.

Il est temps de conclure, c'est même « nécessaire », d'après Wenceslas Lauret. « Beaucoup de moyens, structurels et financiers, ont été injectés dans ce club. Ce serait rendre la monnaie de la pièce que de gagner cette finale.

Pages