Fil info
21:24 : Des ateliers théâtre pour dénoncer les discriminations | L'Echo https://t.co/L4N1ho0lqg via
19:16RT : "On nous a vendu le carrosse et on se retrouve avec une citrouille !" Ce soir, meeting national de présentation d… https://t.co/FCMKINUa3c
18:52# # - -Vienne : Tous acteurs de la sécurité -> https://t.co/XSkZBBP0wf
18:50# # - : Soirée Upper Klub samedi à John-Lennon -> https://t.co/qgmZdrHkUv
18:46# # - -Vienne : Histoires d’animaux fantastiques au Moulin du Got -> https://t.co/MbmMzkP76O
18:43# # - -Vienne : Chasse : haro sur le «rodéo en 4x4» -> https://t.co/Y1ZdfaQ643
18:38Région : Monet à la sauce fresselinoise -> https://t.co/dHEdIA8TnF
18:20RT : La est en vigilance aux orages ⛈️. Soyez vigilant dans vos déplacements et si vous pratiquez une… https://t.co/pg0ypPqzHt
18:15Périgueux : L’unité pour nos droits -> https://t.co/UY2AbZ7SgM
18:12Coulounieix-Chamiers : La libre pensée à l’international -> https://t.co/uybwRECwga
18:11Châteauroux : La fête du sport pour tous -> https://t.co/5asfVwTLfP
18:10Indre : [intégral] Ciné-débat autour du « Champ des possibles » -> https://t.co/jUD5KqJfEL
18:00Froid, le métal ? A vrai dire, pas trop, enfin, pas pendant le Hammer. Disons plutôt qu’il a à peine le temps de re… https://t.co/suojgKGtUc
17:39# # - -Vienne : Rendez-vous jeudi et vendredi soir -> https://t.co/KzLt33kCF5
17:36Limoges Opéra rock à retrouver sur le scène de l'opéra théâtre de Limoges jeudi et vendredi à 20h. Plus d’une trent… https://t.co/7YTBj35h1x
16:55Brive-la-Gaillarde : Soyons pop & solidaire au quotidien -> https://t.co/hGLAeeiQbf
16:37RT : Sympa la mention en couv & l’article sur en p.2 de du jour 🧡 Merci 👍 https://t.co/4PzomCGlY1
15:52Coulounieix-Chamiers : A la découverte des richesses du sous-sol -> https://t.co/QH6iQpzk1m
15:45Le Blanc : Une foire-expo en demi-teinte -> https://t.co/6Vq6hQvIvv
15:43La Châtre : Un petit nombre de délinquants exaspère tout le monde -> https://t.co/a3EjfuNANO
13:33Creuse : Le tabou du mal-être paysan | L'Echo https://t.co/36YQxxUAgf via
12:34 Ah trop bien ! Ils veulent toujours pas dire "autrice" par contre.
11:24 hummm...les pommes de terre sarladaises ma préféré, au marché du samedi!
10:44 😂😂😂
09:45RT : Région : Un trafic de cocaïne démantelé entre Limoges et Orléans -> https://t.co/MUO48zee2o
09:27Ma très chère collègue Marion (alias ) en couv' de 😍 Rocks ! 😍 (tu auras le droit… https://t.co/XrfuRoU50U
07:49# # - -Vienne : Enseignant, un métier formidable, une loi fort minable -> https://t.co/T7yo5LIqDU
07:47# # - -Vienne : Une nouvelle moto pour initier les adolescents à la prévention -> https://t.co/COYZ9blKIN
07:45# # - : La fête des 50 ans pour les Portugais de Limoges -> https://t.co/jRxC1qdPet
07:42Région : Un trafic de cocaïne démantelé entre Limoges et Orléans -> https://t.co/MUO48zee2o
07:40France : «Que le préfet apporte des réponses, il y a des pistes» -> https://t.co/QryUXyW6ZS

La tragique histoire d’un maquis en 1943

Mémoire: Un documentaire en DVD sur le massacre des Saulières

Le 11 novembre 1943, soixante maquisards défilent devant le monument aux morts de Sainte-Féréole avant d’y déposer une gerbe. Ils portent l’uniforme estampillé d’un écusson de l’Armée Secrète, arborent les drapeaux, les clairons. Ils commémorent l’armistice de 1918 suite à un appel lancé par Londres. Cette action patriotique déplaît à l’occupant allemand. La répression sera terrible. Quatre jours plus tard, le 15 novembre, 300 soldats nazis venant de Limoges attaquent le camp des maquisards dans les Saulières. Dix-huit jeunes résistants appartenant aux camps du Treuil et de La Besse, seront tués. Ils seront retrouvés couverts de boue, mutilés et défigurés.
Un travail de recherche de trois ans. 70 ans après, cet épisode tragique de la seconde guerre mondiale est restitué sous la forme d’un documentaire dans un DVD intitulé «Il y avait la forêt des Saulières..., Histoire d’un maquis en 1943». Ce film est réalisé par l’association «Histoire et Mémoire en Corrèze» avec le partenariat du Conseil général. «Une brochure d’une vingtaine de pages sur le sujet a déjà été éditée. Devant son succès, nous avons eu l’idée de faire un film», explique Georges Bugeat, le président. «Nous avons présenté notre projet au Conseil général. La collectivité a mis à notre disposition sa cellule communication».
Le documentaire dure 52 minutes. Il est le fruit d’un travail de recherche de trois ans et de collecte de témoignages vivants. Il s’appuie sur des documents officiels de la gendarmerie, de l’armée allemande, des archives nationales et départementales, de journaux et photos d’époque, de lettres et clichés issues de collections particulières. «Le film intègre l’actualité de l’époque. Il part de la débâcle en mai-juin 40, l’installation du gouvernement de Vichy», ajoute Georges Bugeat. «Il est bâti autour du récit du résistant Albert Uminski, décédé il y a un an, et repose sur deux axes : les témoignages d’habitants de Sainte-Féréole, Donzenac et ceux d’expatriés lorrains».  
Exilés lorrains et réfractaires au STO trouvent refuge. En effet, des milliers d’Alsaciens et de Mosellans fuient vers le sud-ouest de la France. Beaucoup trouveront refuge en Corrèze. Des habitants de Coutures et de Riche en Moselle sont hébergés et protégés à Donzenac et Sainte-Féréole. «Nous avons retrouvé en Lorraine la famille qui s’est réfugiée chez les Uminski», souligne Michel Escurat, membre de l’association. En tout, près de vingt intervenants racontent les conditions de vie de l’époque et les circonstances du massacre. «Nous avons les propos de deux témoins directs du drame, eux-mêmes résistants, les souvenirs de témoins indirects et d’enfants de résistants».
En 1943, des réfractaires au Service du Travail Obligatoire se cachent dans les Saulières. Les camps de maquisards se constituent, appartenant à l’Armée Secrète. «En huit mois leur nombre passe de dix à 80. Ils sont plus ou moins équipés, armés, entraînés et bénéficient du soutien de la population locale qui les nourrit», signale Jean-Jacques Raoux.
«La cabane cubaine». Quatre camps se forment sur le massif des Saulières, une forêt épaisse de 900 hectares entre Malemort, Sainte-Féréole et Donzenac. L’un se situe dans une grotte au «Trou du Loup». Il sera rebaptisé «la cabane cubaine». A quelques centaines de mètres se trouve une autre cachette, dans une carrière, il s’agit du «chat huant». L’hiver rigoureux encourage les résistants à se replier sur les fermes du Treuil et de La Besse situées sur le hameau de La Besse. C’est au Treuil qu’aura lieu le massacre.
Un millier de personnes aux obsèques. Les corps sauvagement abîmés par des coups de botte et de crosse seront acheminés à Donzenac sur une charrette à bœufs. Les habitants, émus, fournissent des draps pour les linceuls. Les menuisiers du village confectionnent dix-huit cercueils en une nuit. Après une messe à l’église, les dépouilles sont conduites au cimetière, suivies par un cortège d’un millier de personnes.
Le documentaire retrace l’atmosphère pesante qui régnait à cette époque. Il revient sur les lieux du drame, montre les vestiges des camps, souligne la solidarité qui régnait dans ce milieu rural et rend un bel hommage à ceux qui, très jeunes, ont donné leur vie pour la liberté.

Karène Bellina
A noter:
Le documentaire sera projeté prochainement à Sainte-Féréole et Donzenac et le 5 décembre à Brive au cinéma Rex à 21h15. Il est disponible auprès de l’association Histoire et Mémoire en Corrèze : hmc@saulieres.net.
Un sentier de la mémoire de 4 km dans les Saulières, balisé et comportant des panneaux sur l’histoire locale et nationale, vient d’être réalisé. Il sera inauguré ce week-end. Ce projet a été porté par l’Association pour la Protection des Saulières.
Des images d’archives exceptionnelles
L’histoire du maquis des Saulières bénéficie d’une source iconographique exceptionnelle. Le défilé du 11 novembre 1943 a été immortalisé par un photographe amateur sous dix angles différents. Plus rare, les corps des dix-huit résistants tués ont tous été méticuleusement photographiés par un professionnel de l’identité judiciaire. Les clichés, conservés aux Archives départementales, montrent l’ampleur du massacre. Le drame a également fait l’objet d’un compte-rendu précis de la gendarmerie. Il n'y a pas d’équivalent en Corrèze.